Le week-end, les promeneurs se cultivent entre villes et champs

BaladeLa manifestation paysagère attire des curieux entre la gare, le Bois-de-la-Bâtie et Bernex.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A peine arrivé au «Champ de bière» de Cressy, Célestin, 7 ans, fixe avec tendresse les plantations de houblons et d’orge: «J’aime bien les fleurs, les abeilles et les champs, c’est très naturel.» Ce dimanche, le Lancéen est venu en famille rendre visite à René Schori, qui brasse parfois de la bière sur cet atelier de l’exposition urbaine «Genève, Villes et Champs».

Une poignée de promeneurs avait fait le même choix d’excursion. Jean-Pierre et Chantal, venus de Meyrin, pensaient se rendre au bord de l’Aire avant de changer d’idée en voyant les panneaux de la manifestation. «Je voulais faire une petite balade! Ça change», conclut le couple croisé devant le stand «Holly Shit», une cabane accueillant des toilettes sèches dont les excréments servent à cultiver des courges à l’extérieur. L’attraction préférée des enfants (et de quelques adultes). «J’ai appris que le caca sert à faire pousser des choses», se félicitent séparément Myrah et son frère Nolan.

Les plus sportifs parcourent les différents sites éparpillés entre la gare, Lancy et Bernex à pied, d’autres à trottinettes ou à vélo. Aux croisements des chemins, la confusion règne: «Moi qui fais de la montagne, je peux vous dire que la carte n’est vraiment pas claire et les indications non plus. C’est un peu dommage», déplore Jean-Pierre. Une complainte récurrente.

Après avoir cherché des animations en vain, Graziella et ses fils ont trouvé refuge entre les meules de foin de «la ville aux champs» à proximité du P+R Bernex. Après avoir joué dans la paille, les garçons écoutent leur mère lire un livre confortablement installés sur les bottes de paille. «On dirait un château», évoque Graziella. «Et à l’intérieur, plutôt un salon», complète Elias.

Dimanche après-midi, la construction de paille était complètement vide, mais à l’instar d’autres lieux, elle s’anime parfois à la nuit tombée. «Ça doit être génial de faire des fêtes là-dedans», envie Gaëlle, habitante de Lausanne croisée sur le pont des Grandes-Communes. Sur cet ouvrage, un étrange «photobioréacteur» cultive des algues dans un tube. «Et qui produit du CO2 ou un truc comme ça», croit avoir saisi Elias. «L’alimentation du futur», d’après ses concepteurs.

Créé: 27.07.2014, 19h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.