Voleur de sandwichs, un milan capturé aux Evaux

Nature genevoiseLe rapace, visiblement apprivoisé, fonçait sur les promeneurs depuis plusieurs jours

Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je me suis protégé le visage quand j’ai vu qu’il fonçait sur moi.» La frayeur de Sophie remonte à mardi. En promenant son chien aux Evaux, elle a soudain vu un milan noir de 1,20?m d’envergure lui foncer dessus. «Je l’ai vu arriver de loin, il planait très bas. Je ne me suis pas méfiée tout de suite car je l’avais déjà remarqué ces derniers jours.» Mais soudain, l’oiseau l’assaille. La jeune femme pense d’abord qu’il va s’en prendre à son chien. «Mais un témoin de la scène m’a crié: «Lancez votre sandwich . » Ce que j’ai fait.» L’oiseau s’est détourné de Sophie pour s’accaparer le casse-croûte.

Plusieurs personnes ont fait récemment les frais de l’agressivité de ce rapace gourmand. «L’autre jour, il a happé le biscuit d’un petit garçon qu’il a fait tomber violemment, explique un joggeur. Ça fait plusieurs jours qu’il tourne ici.»

Effectivement, ce milan noir solitaire et impressionnant rôdait autour des tennis du parc depuis quelques semaines. Alertée, une équipe du Centre de réadaptation des rapaces de Bardonnex (CRR) a réussi à le capturer mardi après-midi.

L’oiseau restera en captivité environ un an, le temps de lui réapprendre à vivre loin de l’homme. Car, comme l’explique Patrick Jacot, fondateur du Centre ornithologique de réadaptation à Genthod, les milans ne sont pas naturellement agressifs et n’attaquent pas une proie vivante. «Ce sont des charognards. Ils ne mangent que des poissons et des mammifères morts. On les retrouve souvent sur les décharges, détaille Patrick Jacot. Mais certaines personnes n’hésitent pas à enfreindre la loi en domestiquant ces volatiles. Ce qui explique qu’un oiseau apprivoisé assimile l’humain à la nourriture qu’il lui donne.»

Le milan des Evaux cherchait donc simplement à se nourrir en volant les victuailles dans la main de leur propriétaire, comme on le lui a probablement inculqué. «Ce qui est une aberration, tonne Patrick Jacot. Il faut ensuite des mois, voire des années pour les désimprégner de l’homme et qu’ils retrouvent leur instinct.» (TDG)

Créé: 10.08.2012, 07h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...