Des voix dissidentes s'expriment au Club suisse de la presse

Conflit syrienSous protection policière, des orateurs ont fustigé une ONG syrienne, bravant les foudres de Reporters sans frontières.

Le Club Suisse de la Presse a organisé une conférence contreversée sur l’organisation des  « Casques blancs » agissant en Syrie

Le Club Suisse de la Presse a organisé une conférence contreversée sur l’organisation des « Casques blancs » agissant en Syrie Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une conférence sortant de l’ordinaire qui s’est tenue mardi après-midi au Club suisse de la presse (CSP). C’est sous forte et visible protection policière que trois orateurs se sont exprimés au sujet de certains aspects du conflit syrien – orateurs qui avaient été discrédités au préalable par la section suisse de Reporters sans frontières (RSF), organisation qui a appelé à annuler la conférence, faute de quoi elle pourrait remettre en cause son statut de membre du Club (lire nos éditions du vendredi 24 novembre).

Directeur du CSP, Guy Mettan a évoqué en préambule une situation inédite. «RSF a parfaitement le droit de ne pas souhaiter être associé à cet événement, a déclaré celui qui est aussi député PDC au Grand Conseil. Mais les pressions pour faire annuler cette rencontre ont atteint un niveau inouï. Cette fois, ce sont des ONG et des journalistes de pays démocratiques qui ont fait pression contre moi au travers du comité du Club et par le biais du Conseil d’État. Ces démarches n’ont pas abouti.»

La conférence n’a rien fait pour s’exonérer du reproche, lancé par Reporters sans frontières, de proximité excessive avec la «propagande russe» et ses médias. Le colloque débute en effet avec la projection d’un reportage estampillé RT (Russia Today, l’un des médias épinglés par RSF). Le film étrille l’organisation White Helmets, ces «Casques blancs» qui sont dans le collimateur de la conférence. Sujets d’un documentaire britannique primé, nominés en 2016 pour le Prix Nobel de la paix, ces sauveteurs connus pour affronter les horreurs de la guerre afin de secourir les victimes civiles du conflit seraient moins neutres et désintéressés qu’il n’y paraît, d’après le reportage projeté. Lequel dénonce notamment des sauvetages truqués et un pseudo-hôpital truffé d’armement.

Les invités du Club enchaînent. Ancien rédacteur en chef de Radio France International, Richard Labévière met en garde face à la complexité de la Syrie et du conflit qui déchire ce pays depuis six ans, une «guerre civilo-globale», selon ses termes, où pullulent les «ONG curieuses et étranges», dont ces Casques blancs, lourdement financés, selon lui, par les puissances occidentales. Questionné sur sa légitimité, l’homme «revendique une illégitimité par rapport à ce que la presse est devenue». C’est-à-dire les médias traditionnels, également fustigés par des voix dans le public d’une cinquantaine de personnes. Se décrivant comme une journaliste indépendante et autofinancée, Vanessa Beeley s’applique à démontrer les liens intimes qui uniraient les membres des Casques blancs aux organisations djihadistes. Responsable de Swedish Doctors for Human Rights, qu’il décrit comme une petite organisation ayant son propre organe de presse, Marcello Ferrada de Noli fustige notamment des opérations de sauvetage mises en scène.

Comment réagit RSF Suisse? Déplorant «l’absence de transparence» du colloque, son président, Gérard Tschopp, indique que le comité examinera «calmement» ses liens avec le Club à la mi-décembre. (TDG)

Créé: 28.11.2017, 19h25

Articles en relation

Guy Mettan sommé d’annuler une conférence

Genève RSF demande au président du Club suisse de la presse d’annuler une conférence sur les Casques blancs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...