«Je ne vois pas de défaut de surveillance à Curabilis»

InterviewLe directeur médical Panteleimon Giannakopoulos répond à la Commission de contrôle de gestion, qui accusait les autorités de ne pas avoir tiré toutes les leçons de la mort d'Adeline.

Panteleimon Giannakopoulos, directeur médical de Curabilis.

Panteleimon Giannakopoulos, directeur médical de Curabilis. Image: Georges Cabrera / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Panteleimon Giannakopoulos est également le directeur médical de Curabilis, la prison-hôpital des détenus dangereux. Lundi dernier, des députés de la Commission de contrôle de gestion ont jeté un pavé dans la mare. Le gouvernement n’aurait pas tiré les leçons de la mort de la sociothérapeute Adeline, tuée par un détenu en septembre 2013. Selon eux, un nouveau drame pourrait donc se reproduire dans l’univers carcéral genevois. Alors qu’il n’a pas été entendu par les députés, le psychiatre répond à certaines de leurs critiques.

Des députés pensent qu’un drame peut se reproduire en prison. Que leur répondez-vous?
Leur rapport dépeint une réalité de 2014, pas de 2019. Ils n’ont pas interrogé le personnel médical de Curabilis. Bien sûr, il faut être attentif. On ne peut pas dire qu’il ne se produira jamais rien, ce serait naïf et arrogant, mais de là à imaginer une nouvelle affaire Adeline, non. Je ne vois pas un défaut de surveillance.

Malgré l’absentéisme élevé?
L’absentéisme est en général élevé dans le milieu pénitentiaire. Ce n’est pas particulier à Curabilis. Il y a des absences maladie de longue durée, des accidents. Le personnel accumule les heures supplémentaires. Du côté du personnel médical, l’absentéisme lié aux maladies est égal ou plus faible que dans l’ensemble des HUG.

Selon les députés, le personnel médical est intervenu en priorité auprès des détenus, sans y être formé.
Il est absolument faux de dire que les soignants ont des tâches sécuritaires. Je m’y suis formellement opposé, en accord avec le directeur Emmanuel Foray. Il y a eu des absences de gardiens, mais les infirmiers ne les ont pas remplacés. On a redimensionné les activités, des rendez-vous ont été retardés, des groupes thérapeutiques annulés. Il s’agit de l’adaptation à la réalité quotidienne d’un lieu sensible.

L’évaluation de la dangerosité des détenus ne serait pas adaptée.
Il est tendancieux de faire le rapprochement avec Adeline. Le meurtrier purgeait une peine de prison. Il n’était pas sous le coup d’une mesure dans un hôpital, comme les détenus de Curabilis. Le passage à l’acte est toujours possible mais l’encadrement très important limite ce danger.

Quid des sorties accompagnées?
Leur programmation n’a rien à voir avec ce qui se passait à l’époque d’Adeline. Le protocole des accompagnements mixtes (soignants et agents), extrêmement strict, a été présenté formellement au conseil d’administration des HUG. Par ailleurs, une commission mixte (gardiens-infirmiers) analyse tous les incidents de la vie quotidienne, donne des recommandations pour améliorer les pratiques. La faculté de se remettre en question est primordiale.

Les gardiens souffrent-ils d’un manque de soutien et de formation à la gestion des troubles psychiatriques?
La formation existe et les gardiens viennent à toutes les conférences de formation organisées à Curabilis. Le rapport pointe aussi l’absence de sociothérapie. Je peux comprendre cette question. La réhabilitation psychosociale des personnes condamnées à des peines et qui présentent des troubles de la personnalité peut et doit faire partie intégrante de leur processus de réinsertion. Il s’agit d’une population distincte de celle de Curabilis. L’idée de développer cette approche aux Dardelles, si cette prison voit le jour, me semble sensée.

De votre côté, vous soulignez qu’en une année, vous avez fait sortir une trentaine de détenus de Curabilis, dont 70% vers une détention en milieu ouvert.
C’est un premier signe encourageant. Maintenir ces personnes dans un hôpital en prison sans perspective d’avenir est toxique et expose à des actes de désespoir.

Vous dormez bien en sachant ces gens en semi-liberté?
Je ne souffre pas d’insomnie en général... Mais je dors mieux avec l’idée qu’ils sont traités et je dormirais mieux encore si Genève se dotait de structures plus adéquates pour les accueillir. Actuellement, les lieux d’accueil après Curabilis ne sont pas vraiment adaptés car pas assez sécurisées. Nous y travaillons.

Vous parlez de Belle-Idée.
Oui, les personnes dirigées en milieu ouvert s’agrègent à Belle-Idée. Un lieu ouvert, où l’on entre et d’où l’on sort sans contrôle. Il faut sécuriser et agrandir un lieu dédié à la détention en milieu ouvert. Il s’agit du défi pour rendre la chaîne des soins et des mesures plus performante.

Créé: 18.11.2019, 10h48

Articles en relation

Genève sonde le cerveau des psychopathes

Psychiatrie Une étude analysera les connexions cérébrales des personnes qui ne ressentent pas d’empathie. Plus...

Mort d’Adeline: «Le Conseil d'État n'a pas pris toutes les mesures»

Prison Une commission du parlement genevois estime que le gouvernement n'en a pas fait assez suite au drame de La Pâquerette. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...