Les vitrines de Noël s'animent en comptant chichement leurs effets

DécorationsC’est mieux que l’an dernier mais pas encore ébouriffant. Les plumes d’autruche arrivent en tête. Avant les hiboux. Récit.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est Noël. Ou presque. Le décompte des vitrines animées reste modeste. Cette ville continue à être la championne des décos statiques, sauf sur la scène de son Grand Théâtre.

Au 60, rue du Rhône, angle place du Molard, un ours en peluche géant joue les agents de sécurité devant l’entrée d’une bijouterie. Son bras droit, branché sur le courant électrique, exhibe un biceps en mouvement au format XXL. De quoi décourager les faux pères Noël qui préfèrent la voiture bélier au classique traîneau.

Le traîneau est juché sur la marquise juste au-dessus, à trois mètres du sol. L’attelage regarde la rade. Trois rennes blancs, aux cervicales également machinées, se voient de loin. Scénographie à l’ancienne, mais efficace: on lève la tête et on se prend les pieds dans la crotte de chien fraîchement déposée sur le pavé, à un jet de pive du sapin indigène qui s’illumine à la tombée du jour.

Nuages bondissants

La rue qui remonte vers la place Neuve, direction le Grand Théâtre, offre de fait le seul effet que n’aurait pas renié Offenbach. A mi-Corraterie, sis au No 16, on peut admirer le ballet aérien de nuages bondissants, des «cumulus de beau temps» accordés à la blanche banquise et à son personnel de saison (phoques et pingouins). A quoi doit-on cette verticalité swinguante? A un petit boîtier électrique actionnant une douzaine de poulies à crochet, déroulant à  volonté une bobine de fil de nylon.

Le même type de bobines fait le job de fin d’année dans les vitrines en pente douce qui regardent la place Grenus. «Bienvenue dans notre forêt magique», annonce la principale enseigne commerciale de la Rive droite. La magie, ici aussi, monte et descend. Gymnastique simplifiée, concours à la perche pour les hiboux (roses) faisant couple avec des tortues volantes atterrissant sur des tournettes pailletées. Juste à côté, l’inévitable camion de pompier est pris d’assaut par des oursons sapeurs qui grimpent à plusieurs au sommet de l’échelle pour se disputer une nacelle en forme de loge VIP. Rigolo sans être d’une originalité ébouriffante.

Un peu plus bas, on a pris soin de monter une estrade en bois à trois marches pour permettre aux enfants de se hisser au niveau des figurines faisant de la retape pour les rayons de jouets du magasin. Bonne initiative, même si les adultes sont plus nombreux à utiliser ce mobilier éphémère à l’heure de la pause sandwich de midi. Cette effervescence enfantine anime davantage les grands boulevards parisiens que nos bien nommées Rues-Basses.

«Noël à la bavaroise»

Encore que: l’enseigne concurrente aux hiboux couleur bonbon réussit un «Noël à la bavaroise» vraiment monumental. Des têtes de licorne, des centaines de plumes d’autruche disposées dans des vasques à tous les étages, des lustres pampilles. C’est riche comme la chambre d’ami de Louis II dans sa meringue (pardon château) à tourelles de Neuschwanstein. C’est plus convenu en revanche dans les vitrines extérieures donnant sur la rue du Marché. Et rien ne bouge. Les bouteilles de champagne ressemblent à des bouteilles de champagne. Dommage.

L’équipe de polydesigners 3D (dites simplement décorateurs étalagistes) ne manque pourtant pas, ici comme ailleurs, d’imagination. Avec un petit clin d’œil amical aux découpeurs de volaille du trottoir en face qui osent chaque année la surcharge décorative dans leur épicerie fine. Le jour où l’on se décidera enfin à lancer le prix de la plus belle vitrine de Noël, il faudra compter avec les équarrisseurs virtuoses du Molard.

Créé: 21.12.2014, 17h03

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...