Passer au contenu principal

Les vitrines de Noël s'animent en comptant chichement leurs effets

C’est mieux que l’an dernier mais pas encore ébouriffant. Les plumes d’autruche arrivent en tête. Avant les hiboux. Récit.

C’est Noël. Ou presque. Le décompte des vitrines animées reste modeste. Cette ville continue à être la championne des décos statiques, sauf sur la scène de son Grand Théâtre.

Au 60, rue du Rhône, angle place du Molard, un ours en peluche géant joue les agents de sécurité devant l’entrée d’une bijouterie. Son bras droit, branché sur le courant électrique, exhibe un biceps en mouvement au format XXL. De quoi décourager les faux pères Noël qui préfèrent la voiture bélier au classique traîneau.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.