Passer au contenu principal

«Va, vis et reviens», l'extraordinaire histoire de Moussa Daou

Le Malien est le premier chirurgien plasticien formé d'Afrique de l'Ouest. Il parachève sa formation à Genève avant de rentrer travailler dans son pays.

Le plasticien voue sa vie à la lutte contre le noma. Il constitue actuellement son équipe en vue de son retour au Mali.
Le plasticien voue sa vie à la lutte contre le noma. Il constitue actuellement son équipe en vue de son retour au Mali.
Laurent Guiraud/Tribune de Genève

Le sang des Bobos, «une ethnie de guerriers fiers», coule dans les veines de Moussa Daou. À l’âge de 7 ans, le «guerrier» malien est arraché du village maternel pour commencer l’école. Seul. Il est devenu, vingt-huit ans plus tard, le premier chirurgien plasticien formé d’Afrique de l’Ouest. Sa campagne d’études s’achève actuellement aux Hôpitaux universitaires de Genève, où il a rejoint en mai le service de la professeure Brigitte Pittet, un centre de référence mondial sur le noma. L’homme a choisi de consacrer sa vie à cette maladie méconnue qui ravage les visages. Sa nièce en est morte, faute de diagnostic. «Hawa avait 3 ans.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.