Passer au contenu principal

Comment le coronavirus a mis Genève au pas

«C’est étonnant: en plein drame, on redécouvre un monde urbain sans nuisances», remarque le sociologue genevois Vincent Kaufmann, spécialiste de la mobilité.

Ce jeudi en fin de matinée, les Rues-Basses étaient désertes.
Ce jeudi en fin de matinée, les Rues-Basses étaient désertes.
Laurent Guiraud

Stop! C’est l’injonction que le coronavirus semble avoir adressée à notre société frénétique. Alors que la population est sommée de se confiner, l’effondrement de notre mobilité interpelle l’expert du domaine qu’est Vincent Kaufmann. Sociologue à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, le Genevois lie la crise actuelle à l’hypermobilité moderne. Entretien.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.