Une violente tentative de braquage à Genève resurgit du côté de Lyon

Fait diversUn trio, qui vient d'être interpellé, s’en était pris à un bureau de change de la rue de Carouge. Le gérant avait été frappé à coups de crosse.

Le trio suspecté du braquage a été déféré au Palais de justice de Lyon samedi passé.

Le trio suspecté du braquage a été déféré au Palais de justice de Lyon samedi passé. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une tentative de braquage, très violente semble-t-il, s’est déroulée à Genève le lundi 11 mars. Jusqu’à dimanche passé, rien n’avait filtré. Ni du côté de la police ni à la justice. Le fait que les malfrats soient parvenus à prendre la fuite explique peut-être ce long mutisme. Mais depuis ce week-end, on en sait davantage. Le 14 avril, le quotidien français «Le Progrès» a révélé sur son site web que deux hommes avaient été arrêtés en fin de semaine à Lyon. Ils sont soupçonnés d’avoir perpétré ce crime en compagnie d’une femme, interpellée elle aussi.

L'alarme se déclenche

C’est un bureau de change de la rue de Carouge qui a été pris pour cible ce lundi-là. Il est 8 h 50 quand, selon les enquêteurs français, la femme entre dans l’établissement, qui vient d’ouvrir. Ses deux acolytes la suivent de près. Armés et leurs visages dissimulés, ils menacent immédiatement le gérant, lequel est seul dans les locaux. Ils le frappent sévèrement, à coups de crosse, afin de l’obliger à se rendre dans une zone sécurisée, là où se trouvent les devises.

Alors que le gérant tente de résister, une alarme se déclenche. Les malfrats ont-ils mal préparé leur coup? Sans aucun doute, car ils sont surpris et s’enfuient, bredouilles. Non sans s’être à nouveau acharnés sur leur victime.

La justice genevoise muette

Les trois comparses sont âgés d’une trentaine d’années. Ils ont été déférés, samedi, au Palais de justice de Lyon. Ils sont mis en examen pour tentative de vol à main armée et association de malfaiteurs, le tout «en bande organisée».

Des images de vidéosurveillance et des traces ADN ont donné une sérieuse piste à la Brigade française de répression du banditisme (BRB). Selon «Le Progrès», des investigations se poursuivent également côté suisse, pour savoir si le trio a pu bénéficier d’autres complicités. Contactée à ce sujet, la police genevoise nous renvoie au Ministère public, selon la procédure. Ce dernier nous indique pour sa part qu’il ne fera aucun commentaire…

Originaires de la banlieue lyonnaise

Reste que les deux braqueurs, deux frères originaires de la banlieue est de Lyon, ont été placés en détention. Selon une source judiciaire, l’analyse de leurs téléphones confirmerait leur présence à Genève le jour des faits, ainsi que des contacts avec la troisième suspecte, une mère de famille basée à Vénissieux (banlieue lyonnaise). Cette dernière n’a pas été écrouée mais placée sous contrôle judiciaire. (TDG)

Créé: 15.04.2019, 16h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...