Passer au contenu principal

Violences conjugales: «Nous recevons une demande tous les deux jours»

Le foyer Arabelle accueille les femmes victimes de violences domestiques. Mais comme ailleurs, les places manquent.

Directeur du foyer Arabelle, Marc-Antoine La Torre est à la recherche de nouveaux espaces mais il appelle aussi à un changement des mentalités.
Directeur du foyer Arabelle, Marc-Antoine La Torre est à la recherche de nouveaux espaces mais il appelle aussi à un changement des mentalités.
LAURENT GUIRAUD

Les toits pour victimes de violences domestiques sont trop rares à Genève. C’est ce que pointe du doigt un rapport rendu public récemment par le Conseil d’État. Le foyer Arabelle, situé au sommet d’une tour onésienne, fait partie de ces institutions saturées. Son directeur, Marc-Antoine La Torre, est à la recherche de nouveaux espaces mais appelle aussi à un changement des mentalités.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.