Passer au contenu principal

«En vingt ans, la Critical Mass s’est adoucie»

Le cortège non autorisé de cyclistes a longtemps fait parler de lui à cause de ses altercations avec la police et les automobilistes.

Michel Caillat est l’un des plus anciens participants de la Critical Mass.
Michel Caillat est l’un des plus anciens participants de la Critical Mass.
Laurent Guiraud

La Critical Mass fêtera ce soir ses 20 ans. Vingt ans que des dizaines – voire centaines selon la météo – de cyclistes défilent le dernier vendredi de chaque mois entre 18 h et 20 h dans les rues de Genève pour dénoncer le dogme du «tout pour la voiture». Vingt ans que les automobilistes du pont du Mont-Blanc pestent derrière leur pare-brise contre ces jeunes qui bloquent le trafic à l’heure de pointe avant le week-end. Entre 1998 et 2018, ce rassemblement spontané non autorisé n’a pas pris une ride. Il attire toujours autant d’adeptes de la petite reine. Ses relations avec les forces de l’ordre et les autres usagers de la route semblent en revanche s’être pacifiées.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.