La Ville veut devenir plus accessible aux handicapés

GenèveLe Conseil administratif dévoile un plan de mesures pour les personnes en situation de handicap.

De gauche à droite: Marjorie de Chastonay, la présidente de la Fédération genevoise d'associations de personnes handicapées et de leurs proches, ainsi que les magistrats Esther Alder, Sandrine Salerno et Sami Kanaan.

De gauche à droite: Marjorie de Chastonay, la présidente de la Fédération genevoise d'associations de personnes handicapées et de leurs proches, ainsi que les magistrats Esther Alder, Sandrine Salerno et Sami Kanaan. Image: Théo Allegrezza

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un «changement de paradigme». Désormais, la Ville de Genève doit s’adapter aux personnes en situation de handicap, et non plus le contraire. Aujourd'hui, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées célébrée par l’ONU, l’Exécutif a dévoilé un plan d’action afin de rendre, enfin, la ville et ses services «accessibles à toutes et à tous». Dix mesures qu’il s’engage à réaliser d’ici à 2025.

Sur le territoire municipal, la question du handicap concerne entre 27 000 et 34 000 personnes de plus de 15 ans. C’est près de 12% de la population. Or, «une partie de la population n’a toujours pas accès à l’information municipale», constate la maire Sandrine Salerno.

Informations en ligne

Aboutissement d’une enquête menée en collaboration avec la Fédération genevoise d'associations de personnes handicapées et de leurs proches (FéGAPH), le plan prévoit ainsi de mettre sur le site internet de la Ville des indications quant à l’accessibilité des bâtiments publics. Le site internet en tant que tel devrait également «être refait au début de l’année prochaine», assure Sandrine Salerno. Tant en termes de police de caractères que de contrastes, son ergonomie n’est effectivement pas un modèle en la matière.

Le tous-ménages envoyé aux habitants sera, lui aussi, «adapté». «L’idée, c’est d’éviter qu’il faille une loupe pour lire nos courriers», observe la conseillère administrative Esther Alder.

L'effort des musées

Autre mesure: rendre plus accessible les bâtiments municipaux. Une adaptation qui peut toutefois se transformer en casse-tête, en particulier pour les bâtiments à forte valeur historique. Des normes strictes en matière de préservation du patrimoine doivent souvent être respectées. Sami Kanaan, en charge de la Culture et du Sport, prend l’exemple du Grand Théâtre ou du Musée de l’Ariana. «Installer une rampe d’accès sur l’escalier principal du Grand Théâtre, c’est compliqué», note-t-il.

Mais le magistrat tient à mettre en avant le travail effectué depuis le début de cette prise de conscience, il y a une quinzaine d’années. «Le Musée d’art et d’histoire vient de recevoir le label Culture inclusive de Pro Infirmis et d’autres musées sont sur le point de l’obtenir», se félicite le socialiste, qui reconnaît toutefois qu’«il y a encore beaucoup à faire».

L’objectif, soulignent les trois magistrats, c’est que les projets et les nouvelles constructions soient pensés pour tout le monde dès leur ébauche. «Il doit y avoir une réflexion en termes d’accessibilité universelle dès le départ. C’est plus facile d’y penser tout de suite que de devoir modifier un projet ensuite», insiste Esther Alder, dont le Département de la cohésion sociale et de la solidarité gère notamment les écoles primaires. La taille des locaux, la signalétique ou encore l’éclairage doivent être pris en compte, poursuit la Verte.

«Tout est urgent»

Présidente de FéGAPH, Marjorie de Chastonay, également présente devant la presse, loue le «message fort» envoyé par les autorités municipales. «Vu le retard pris en matière d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap, tout est urgent. Je félicite la Ville de Genève de prendre ce virage.»

Le regard tourné vers le Canton, la députée écologiste insiste sur l’importance de «faire prendre conscience aux politiques qu’il existe encore des discriminations». En matière d’accès au marché du travail notamment? «C’est un défi», reconnaît Marjorie de Chastonay. Mentionnée lors du lancement de la démarche, en 2017, la question de l’employabilité des personnes handicapées ne figure pas parmi les dix mesures présentées ce jour.

Créé: 03.12.2019, 13h32

Articles en relation

«Inadmissible que des handicapés soient abandonnés dans une ville comme Genève!»

Handicap Une centaine de personnes ont réclamé, mardi à la place Neuve, des places dans des institutions spécialisées. Plus...

Les associations de défense des handicapés se fâchent

Politique Selon elles, la majorité de droite de la Commission du logement a vidé de sa substance le projet de loi du Conseil d’État. Plus...

«Il manque environ 200 places pour les handicapés à Genève»

Situation d’urgence La Fédération genevoise d’associations de personnes handicapées et de leurs proches réclame urgemment des solutions d’accueil. Une manifestation aura lieu mardi à la Place Neuve. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mayor et Queloz reçoivent leur prix Nobel à Stockholm
Plus...