La Ville de Genève accepte de vendre la parcelle de la discorde

PolitiqueLe Conseil municipal a validé la cession d'un terrain à Vernier à des promoteurs. Mais la saga n'est peut-être pas terminée.

Le Conseil municipal de la Ville de Genève siège dans le bâtiment de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), près des Nations.

Le Conseil municipal de la Ville de Genève siège dans le bâtiment de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), près des Nations. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fin de partie? Le Conseil municipal a accepté mercredi de vendre une parcelle de 300 mètres carrés que la Ville de Genève possède sur la commune de Vernier. L'acheteur, le Cabinet d'investissements fonciers (CIF), un groupe de promoteurs privés, entend y construire 27 logements d'utilité publique, ainsi que des surfaces commerciales.

Cette vente, qui n'aurait dû être qu'une formalité, s'est muée en un imbroglio politico-juridique. En juin, les élus ont d'abord refusé la vente, avant «revoter» sur le sujet sous la pression du magistrat Rémy Pagani et d'accepter. Mais le Conseil d'Etat a ensuite décidé «d'annuler la délibération autorisant la vente», en sa qualité de surveillant des communes.

«Petits arrangements»

Il n'était pas clair si le Conseil d'Etat avait annulé uniquement la vente ou l'ensemble de la délibération. Le conseiller municipal UDC Eric Bertinat a demandé des précisions. Il en a conclu que la délibération «n'existait plus». Qu'elle avait été traitée. «Dès lors, Monsieur Pagani peut tout à fait proposer un nouveau texte», a souligné l'ancien président du Municipal.

Ce que le conseiller administratif s'est empressé de faire. Mercredi soir, les élus ont donc à nouveau dû dire (pour la cinquième fois) s'ils souhaitaient céder ce terrain. Une majorité a dit oui. Seul le PLR a rejoint (à mi-chemin : il s'est finalement abstenu) le camp des opposants «historiques» à la vente, composé des Verts et d'une partie d'Ensemble à Gauche (EàG). «Ce qui est en train d'être fait ce soir, c'est un déni de démocratie», a fait valoir a la libérale-radicale Patricia Richard. Maria Pérez, d'EàG, a dénoncé «des petits arrangements pour forcer un vote» et une «monumentale Genferei».

Un référendum lancé?

Mais pour la majorité des autres partis, il importe avant tout de «valoriser» la parcelle. L'UDC veut vendre «à tout prix», le MCG «aller de l'avant», tandis que le PS juge prioritaire de construire «des logements là où c'est possible». Le PDC, lui, supplie de «ne pas prolonger ce débat juridique».

Il pourrait toutefois l'être encore un peu. En théorie, un référendum contre le texte peut être lancé. Si ça devait être le cas, alors il n'entrerait pas en vigueur avant la fin du délai pour la récolte de signature, qui est de 40 jours. Ce qui nous amènerait au-delà du terme des autorisations de construire sur la parcelle, qui échoient le 6 novembre. Et alors, bien malin celui qui pourrait dire comment se terminerait cette improbable saga.

Créé: 09.10.2019, 22h40

Articles en relation

Des logements ou «revoter»: la Ville de Genève face à un dilemme

Politique La vente avortée d’une parcelle crée la polémique. Le Municipal pourrait «revoter». Des promoteurs veulent être indemnisés. Plus...

La vente d’un terrain continue de provoquer des remous en Ville

Politique La polémique enfle depuis que le Conseil municipal a «revoté» sur la cession d’une parcelle. Plus...

Polémique autour de la vente d’un terrain par la Ville

Genève Le Municipal a refusé de vendre une parcelle. Puis il a accepté. Un recours et un avis de droit plus tard, le sujet est de retour. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...