Passer au contenu principal

La Ville retire en catastrophe ses lauriers jugés toxiques

Le verdissement de la ville se heurte à la peur citoyenne face à ces arbustes jugés «anxiogènes». Récit.

Les lauriers rouges de la place Longemalle vont eux aussi être retirés, avant d’être remplacés par des arbousiers.
Les lauriers rouges de la place Longemalle vont eux aussi être retirés, avant d’être remplacés par des arbousiers.
Laurent Guiraud

Ils ont vu tôt le matin la grue décharger du camion de gros bacs à fleur, puis le lendemain, toujours à l’aube, le même camion revenir pour manutentionner dans l’autre sens ses six fois 800 kilos de pots géants. «Ils», ce sont les habitants de la rue du Léman aux Pâquis. «Pfiiit», envolés les bacs et leurs jolies plantations. L’aménagement éphémère du programme Urbanature a pris ici une tournure de déménagement dans l’urgence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.