En Ville, une crèche ouvrira de 6 h à 21 h

GenèveToutes les institutions de la petite enfance de la Ville devront par ailleurs offrir un accueil de 7 h à 19 h

La garde des enfants relève parfois du gymkhana. STEEVE IUNCKER-GOMEZ

La garde des enfants relève parfois du gymkhana. STEEVE IUNCKER-GOMEZ Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ça bouge dans le domaine de la petite enfance. La Ville de Genève testera dans les mois à venir des horaires «atypiques» dans une de ses crèches du centre-ville. Une dizaine d’enfants pourront y être déposés de 5 h 30 ou 6 h à 21 h ou 22 h, l’horaire définitif n’a pas encore été arrêté. Les autres structures de la Ville devront par ailleurs toutes offrir un accueil continu de 7 h à 19 h.

«Il est important que les prestations répondent aux besoins de la population, explique Esther Alder, magistrate en charge de la petite enfance. Pour certaines mères de famille, la garde des enfants se révèle être un vrai gymkhana.»

L’idée d’une crèche de nuit remonte à 2012. Une motion déposée au Conseil municipal demandait la mise en place d’un tel service pour aider les familles confrontées aux horaires de nuit. La Municipalité projette alors de créer une structure d’accueil nocturne sur l’ancien site d’Artamis. Mais ce projet dit du Carré Vert prenant du retard, elle a décidé de procéder à un premier test dans une institution existante.

Pour lancer cette expérience pilote, la Ville s’est basée sur les résultats de la récente étude du Service de la recherche en éducation (SRED) du Département de l’instruction publique sur l’accueil des jeunes enfants. Celle-ci révèle qu’un quart d’entre eux sont gardés en dehors des horaires traditionnels offerts par les structures actuelles, soit 7 h 30-18 h 30. «Contrairement à ce qu’on pensait, on s’est aperçu à travers cette étude que ce n’était pas les gardes de nuit qui posaient le plus de difficulté aux familles, mais davantage les périodes très tôt le matin et tard le soir», explique Esther Alder.

Forte de ce constat, la magistrate décide donc de privilégier une crèche à horaires élargis plutôt qu’un service de nuit et d’harmoniser l’accueil dans les structures existantes sur la tranche 7 h-19 h. «Une demi-heure de plus fait parfois toute la différence», note la conseillère administrative.

Si la volonté politique est là, reste aujourd’hui à concrétiser ces intentions. La Ville étudie actuellement le coût de ces ajustements. Elle devra également négocier avec les syndicats une compensation pour le travail des employés effectué en dehors des horaires habituels. «Il faudra définir à partir de quelle heure on considère que c’est du travail de nuit et savoir de combien on majore ces heures», note Valérie Buchs, secrétaire syndicale au SIT en charge de la petite enfance.

Esther Alder a prévenu: si la Ville fait un geste à travers ces mesures pour aider les parents au quotidien, elle compte sur les entreprises pour en faire un autre. «C’est aussi à elles de demander une cadence raisonnable à leurs employés pour leur permettre de concilier vie professionnelle et vie de famille.»

Mais en proposant ces ajustements, la Ville ne soutient-elle pas justement cette fuite en avant? «Ce n’est pas la question, tranche Katharina Schindler Bagnoud, directrice de l’Ecole des parents. La société a évolué, les horaires de travail aussi et il faut trouver des solutions. Ce n’est pas parce qu’on offre des horaires élargis que les enfants resteront plus longtemps à la crèche.»

Philippe Jaffé, psychologue et directeur de l’Institut pour les droits de l’enfant, ajoute que «tout ce qui évite du stress aux parents est au final bénéfique pour les enfants. L’important est d’avoir des rituels et de conserver le même horaire.» Il note toutefois que le soir n’est pas la période idéale pour une stimulation maximale des enfants. (TDG)

Créé: 13.03.2015, 17h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...