La ville vue d’en bas, dans l’eau et la vase

Genève à travers leur prisme (1/6) Plongeur scaphandrier, Xavier Coquoz est un ouvrier aquatique qui connaît par cœur les dessous immergés de Genève.

Xavier Coquoz, 45 ans, prêt à entrer dans l’Arve, sans visibilité et avec un fort courant.
Vidéo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a la figure écarlate, le front qui goutte et le souffle court. Avec le pas lent et laborieux d’un astronaute, 35 kilos d’équipement sur le dos, il pénètre dans l’eau. Et commence la lutte. Contre un courant féroce qui peut l’emporter à tout moment, qui peut arracher le narguilé, son cordon ombilical qui lui dispense air et contact radio. La visibilité est proche de zéro dans cette Arve gorgée de sédiments. La respiration s’accélère. Au milieu du gué, Dark Vador s’essouffle, il fatigue, vite il faut revenir sur la berge.

Xavier Coquoz est plongeur scaphandrier, l’un des seuls à Genève. Ce jour-là, il a tenté de braver l’Arve pour nettoyer la crépine du système de climatisation de la RTS, immergée par 2 mètres de fond. L’Arve a été la plus forte, la crépine attendra l’hiver, quand le courant aura faibli.

Tronçonneuse subaquatique

Le Genevois de 45 ans pratique ce métier peu commun depuis quinze ans. Les professionnels de son genre sont rares en Suisse – «Ce n’est pas une profession répandue, d’ailleurs il n’existe pas de formation ici, il faut se rendre dans les pays voisins.» Son champ d’action ressemble à celui de l’ouvrier en surface. «Il y a d’abord un travail de contrôle, par exemple inspecter les ouvrages immergés comme les ponts, les murs et les quais pour évaluer l’état du béton ou la corrosion de structures en acier.»

Il y a, ensuite, les interventions de chantier: déboucher les conduites des systèmes qui utilisent l’eau pour diminuer la température – pompes à chaleur notamment –, poser des chaînes d’amarrage, remonter des bateaux à la surface grâce à des parachutes de levage, couler du béton, creuser des tranchées avec un jet d’eau sous pression, manier un aspirateur à sédiments et la tronçonneuse hydraulique. Voire le marteau-piqueur… «Sur terre c’est déjà pas marrant, mais dans l’eau c’est pire: ça produit une quantité de bulles qui remontent dans les oreilles, c’est très désagréable!»

Le plongeur scaphandrier doit maîtriser une large palette d’outils et enchaîner les chantiers les plus divers, du changement de grilles au barrage de Verbois à la pose de conduites au milieu du lac pour la fibre optique. Et surtout, braver constamment les conditions naturelles, qui compliquent son quotidien. Intervenir dans des milieux à fort courant, esquiver les silures et les carpes qui trouvent refuge dans les conduites et foncent comme des bulldozers, tombant nez à nez avec le plongeur.

Sans compter qu’à cause de la faible visibilité, le scaphandrier évolue le plus souvent à tâtons. «Dans 80% des interventions, la visibilité est considérée comme «réduite», c’est-à-dire qu’on ne voit pas à 40 cm…» Le métier n’est pas de tout repos. «Le danger est bien réel et c’est souvent très physique. Alors on intervient toujours en équipe, à trois en général pour se relayer et assurer la sécurité.»

De l’eau claire à brunâtre

Le professionnel apprécie travailler à Genève, dont il connaît tous les dessous aquatiques. Il la scrute en pied, entre les sédiments et la vase, et découvre des paysages inédits. Il aime les eaux claires du Rhône en amont de la Jonction, les villages lacustres immergés – il pratique l’archéologie subaquatique –, les profondeurs de 46 mètres au large du Vengeron, et d’autres adresses au centre-ville (lire ci-contre). Par contre, il promène moins volontiers ses palmes au barrage de Verbois: «Il n’y a rien de pire… J’y vais pour changer des grilles, mais les eaux sont brunâtres, on nage dans les déchets charriés, l’eau sent mauvais. Et on ne sait jamais avec quoi on peut se retrouver nez à nez…»

L’œil du plongeur scaphandrier n’est pas toujours immergé, il sait aussi profiter des paysages en surface. Lorsqu’il part en intervention en matinée, «le lac ressemble à un miroir, lisse, tranquille, sans personne à l’horizon. On se sent alors seul au monde…»

Créé: 13.08.2017, 17h45

Ses lieux fétiches

Les fourrés du Rhône: «J’aime beaucoup intervenir dans la rade, notamment pour de l’entretien de conduites de captage d’eau pour les pompes à chaleur. L’été, il y a beaucoup de bosquets d’algues colorées, de toutes les formes. Ça donne un paysage végétal sous-marin en contraste total avec celui en surface! On y croise aussi une faune intéressante alors qu’on est en plein centre-ville.»

Les piles de la Machine: «J’interviens plusieurs fois par an dans le Rhône, pour les climatisations des magasins et des banques, souvent de nuit. C’est très beau, avec l’éclairage qui se réverbère dans l’eau, il y a une atmosphère particulière. En aval du pont de la Machine, il y a une fosse peu profonde, avec une belle vue sur l’ouvrage et ses piles. Et les grilles du Seujet ont une certaine poésie!»

Au creux des quais: «Saviez-vous que la plupart des quais sont creux? C’est assez insolite de plonger le long de la promenade du Lac, par exemple aux abords de la terrasse du Lacustre, où j’interviens pour entretenir des gaines techniques. On traverse la terrasse par une petite trappe et on atterrit directement dans l’eau, le Rhône circule dans une partie des quais!»

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...