Passer au contenu principal

Les victimes de violences domestiques en manque de toits

Chaque année, entre 500 et 600 personnes voient leur demande d’hébergement en foyer refusée.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
DR

Entre zéro et une place par jour. C’est la marge dont disposent les foyers d’hébergement destinés aux victimes de violences conjugales à Genève. Conséquence: en 2017 et 2018, entre 500 et 600 personnes ont vu leur demande d’accueil refusée, dont 200 lors de situations d’urgence. Dans la moitié des cas, il s’agissait de mères ou de pères avec enfants.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.