Passer au contenu principal

La viande accusée de nuire au climat

En marge du sommet lausannois Smile for future, Greenpeace et les militants proclimat réagissent au rapport du GIEC.

«Less Meat = Less Heat Climate Action NOW», littéralement «Moins de viande = moins de chaleur. Un action pour le climat MAINTENANT».
«Less Meat = Less Heat Climate Action NOW», littéralement «Moins de viande = moins de chaleur. Un action pour le climat MAINTENANT».
Georges Cabrera

Pas de vaste rassemblement populaire ni de mégaphone ou de long discours, mais une simple bannière tendue: «Less Meat = Less Heat. Climate Action NOW» (littéralement «Moins de viande = moins de chaleur. Une action pour le climat MAINTENANT»). Cinq militants de Greenpeace étaient rassemblés dès 8 h 45 jeudi matin à la place des Nations, alors que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) rendait public, le matin même, son rapport spécial consacré au «changement climatique, à la désertification, à la dégradation des sols, à la gestion durable des terres, à la sécurité alimentaire et aux flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres». Le texte a été approuvé par 195 États membres de l’ONU mercredi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.