Veyrier prépare l’accueil des migrants

AccueilAprès Bernex et Carouge, une association s’est constituée jeudi soir.

Le conseiller administratif en charge des affaires sociales, Raymond Gavillet (PDC).

Le conseiller administratif en charge des affaires sociales, Raymond Gavillet (PDC). Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Veyrier s’offre une longueur d’avance. L’arrivée des réfugiés n’aura pas lieu avant la mi-2017, mais la société civile se mobilise déjà. Jeudi soir, une association pour l’accueil des migrants s’est officiellement constituée. Elle est présidée par Yves Brun et revendique 72 adhésions.

«Cette création en amont est notre atout, estime Bernard Pinget, vice-président et conseiller municipal socialiste. D’autres collectifs se sont créés seulement quand les problèmes ont commencé.»

L’association est nommée Tessera, en référence à la tessère des Romains, ce jeton utilisé comme gage d’hospitalité. L’initiative de sa création revient à des membres des paroisses catholique et protestante, du Parti socialiste, du parti Veyrier-ensemble et de l’ancien maire PDC Pierre-Louis Portier.

Prendre le pouls

La séance publique de constitution était l’occasion idéale pour prendre le pouls de la population. Les craintes se sont vite envolées. «Ça s’est très bien passé, raconte Bernard Pinget. Il n’y a pas eu du tout d’opposants venus noyauter la soirée.» De son côté, Katia Zenger, responsable de l'accueil des migrants à l’Hospice général, fait part d’un enthousiasme débordant. «La soirée était magnifique, ces personnes sont super-engagées, il n’y a pas que des gens qui n’ont pas envie de voir les migrants, c’est important de le dire.»

Les ambitions sont très diverses. «Nous voulons servir de relais local à l’Hospice général, et pas seulement en donnant des cours de français, reprend Bernard Pinget. On veut montrer aux nouveaux arrivants où est leur arrêt de bus, comment retirer un recommandé à la Poste, puisque c’est ainsi qu’arriveront les décisions qu’ils attendent.»

L’intégration se fera aussi par l’intermédiaire de clubs sportifs, de rencontres, de repas. «Une collégienne m’a dit que lorsqu’elle parlait des migrants à ses camarades, ils restaient dans l’indifférence la plus complète. Les liens avec la jeunesse sont à cultiver car parmi les migrants il y aura des jeunes aussi.»

Autre défi majeur: lever la peur. «Ce qui provoque la peur, c’est l’ignorance. On organisera des conférences pour que les habitants comprennent.»

380 personnes aux Grands-Esserts

Le conseiller administratif en charge des affaires sociales, Raymond Gavillet (PDC), a assuré du soutien financier et logistique de la Commune. L’Exécutif serait en discussion avec les autorités cantonales pour modifier le projet initial de 380 personnes logées sur la parcelle des Grands-Esserts. (TDG)

Créé: 02.10.2016, 22h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...