Passer au contenu principal

Ils ne veulent pas quitter le marché de la Fusterie

Des marchands délogés par la Ville de Genève plaident pour qu’on les «laisse travailler»

Selon Fabrice Neury, son commerce pâtira du déménagement. STEEVE IUNCKER-GOMEZ
Selon Fabrice Neury, son commerce pâtira du déménagement. STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Pourquoi déloger des commerçants de rue d’emplacements où ils gagnent leur vie, pour les envoyer vers des sites qui ne leur conviennent pas? Mir Khurseed, vendeur d’objets indiens, et Fabrice Neury, marchand de paninis, sont fâchés contre la Ville de Genève. Elle leur impose, comme à d’autres commerçants, de quitter la place de la Fusterie. Une décision qu’ils dénoncent car elle mettrait en péril leurs affaires.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.