La vétithèque pour petits réduit la voilure, pas l’offre

GenèveCréée il y a deux ans, la bibliothèque de vêtements Vet’Lok ouvre un samedi par mois. Elle veut lutter contre le gaspillage.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a deux ans, trois amies d’enfance genevoises ouvraient la première «vétithèque» du canton. Soit une bibliothèque où l’on emprunte des vêtements et des chaussures pour enfant, ouverte un samedi sur deux. Une manière de lutter contre le gaspillage de ces habits souvent onéreux et utilisés une poignée de fois avant d’être étriqués. Un moyen, aussi, d’offrir une autre solution aux familles pour réduire leurs dépenses. Aujourd’hui, Vet’Lok a dû réduire un peu la voilure des horaires car le bénévolat est chronophage. Mais la motivation et la demande sont toujours là.

Marina, Vidya et Caterina, la trentaine, ont commencé leur activité en 2017 dans l’arrière-salle de la librairie portugaise Camões au boulevard James-Fazy. Rapidement, grâce au bouche-à-oreille, les dons de vêtements affluent. Elles atteignent vite mille articles en stock pour les enfants de 0 à 12 ans. Les dons sont triés et lavés si besoin, même si la majorité parvient propre. La location fonctionne avec une carte, qui coûte 30 francs pour six mois, 60 francs pour un an. Le prix responsabilise les membres et sert à amortir les quelques frais de l’association. Chaque enfant peut emporter dix articles, qu’il peut garder pendant quatre mois environ. Si l’article retourné est abîmé, explique Marina, il sera réparé par leurs soins dans la mesure du possible. Sinon il finira sa course dans les boîtes à fringues.

À la fin de 2017, la libraire portugaise ferme et Vet’Lok doit déménager. Le trio retrouve un espace à Carouge durant un an. En parallèle, il participe à des événements ponctuels, comme Alternatiba. Aujourd’hui, la vétithèque s’est installée à l’espace d’activités hybride Foound, non loin de la gare. Ses horaires ont été revus à la baisse, passant de deux à un samedi par mois.

Car les trois bénévoles auraient besoin d’un coup de main pour ouvrir davantage; un appel aux volontaires est lancé. «Nous ne pouvons pas laisser le stock chez Foound donc il faut tout remettre en place à chaque ouverture, il y a beaucoup de manutention, rapporte Caterina. Alors depuis septembre, nous avons réduit à une ouverture mensuelle.» La récolte de dons a été mise en suspens, «ils affluent mais nous n’avons plus assez de place dans notre local pour les stocker». Vet’Lok totalise 2500 vêtements et chaussures.

La demande, elle, n’a pas diminué. «Nous comptons une trentaine de familles membres, continue Caterina. Le système fonctionne très bien, les gens sont respectueux et honnêtes. Lorsqu’ils ont endommagé un habit, ils le signalent.» Quant au système de bons cadeaux, il séduit. «De plus en plus de parents demandent qu’on évite d’offrir des vêtements neufs. Alors on propose des bons de location, ça marche très bien.»

Créé: 04.11.2019, 08h25

Prochaine ouverture

Vet’Lok
samedi 9 de 9 h 30 à 13 h 30, à Foound, rue Jean-Dassier 7.

Articles en relation

«La lutte contre le gaspillage doit devenir un réflexe citoyen»

Journée mondiale de l'alimentation À l'appel de la banque alimentaire Partage, des personnalités romandes distribuent de la soupe à Cornavin. Plus...

Mette Lykke: «L'impact pèse plus que les bénéfices»

BILAN À la tête de la success-story Too Good To Go, Mette Lykke est une CEO atypique qui se préoccupe davantage de lutter contre le gaspillage alimentaire que de rentabilité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...