Les Verts rejettent la traversée du lac et demandent des bus prioritaires

Votations du 5 juinLe parti expose ses thèses en amont de la triple votation cantonale du 5 juin sur la mobilité.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Verts ont lancé mardi leur campagne sur les votations cantonales du 5 juin portant sur la mobilité. Un scrutin qui les concerne hautement puisque, parmi les trois sujets au menu, figure une de leurs initiatives - exigeant de rendre les transports publics prioritaires dans le canton - ainsi que son contre-projet, un concept global de mobilité négocié par les divers partis du parlement.

«Notre initiative replace les transports publics au centre de la mobilité», estime Lisa Mazzone. La conseillère nationale relève que les transports en commun, après avoir vu leur offre doubler à Genève en une douzaine d'années, ont vu leurs prestations réduites de 2% l'an dernier, dans le sillage de la baisse tarifaire. «L'amélioration de la vitesse commerciale constitue un important gisement d'économie qu'on pourrait réinjecter dans le développement de l'offre, souligne-t-elle. La seule voie de bus sur le pont du Mont-Blanc a permis d'économiser un million de francs sur les frais d'exploitation.» Quant au contre-projet à l'initiative, ce compromis accepté par deux tiers du Grand Conseil, «il ne va pas aussi loin, mais il offre des solutions pour l'avenir», complète Nicolas Walder, président du parti.

Contre la traversée du lac, également soumise en votation le 5 juin, les Verts regorgent de missiles. «Les Genevois ne veulent pas abîmer leur lac avec un pont qui sera forcément ignoble», estime le député Mathias Buschbeck, jugeant qu'une variante en tunnel finira par apparaître comme impossible. Selon lui, l'idée que la fluidification du trafic passe par un accroissement du réseau routier est dépassée: «Les nouvelles routes font un appel d'air qui augmente la circulation et favorise l'étalement urbain». Notant que Berne conditionne la traversée du lac à un développement urbain de la rive gauche, le député ajoute: «J'attends les projets du PLR pour installer 50000 nouveaux habitants à Choulex et Vandoeuvres». En attendant, la traversée du lac, même sans l'aide fédérale et avec un partenariat public-privé, lui apparaît impossible à financer: «Cela coûterait de 10 à 12,7 milliards de francs, l'équivalent du programme spatial de la NASA pour atteindre Pluton».

Les Verts ne cachent pas leur amertume face à l'actuelle politique de mobilité menée par le Conseil d'Etat. Pour eux, rien n'est fait pour la mobilité douce et les transports publics régressent, le conseiller d'Etat Luc Barthassat se contentant de promouvoir quelques projets déjà lancés avant son arrivée (CEVA, le bus Tosa ou encore l'extension de la gare Cornavin), tout en grignotant à coups d'ondes vertes et de scooters sur les voies de bus «le faible espace dévolu aux transports publics», selon Nicolas Walder. Révoltés, les Verts? «La politique que nous prônons, répond-il, n'est rien d'autre que celle menée par la quasi totalité des villes occidentales».

Créé: 03.05.2016, 17h46

Articles en relation

Un double péage est suggéré pour la traversée du lac

Etude Couplé à un droit de franchissement, un péage urbain réduirait les risques économiques de l’ouvrage, juge un rapport d’experts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.