Vers une union religieuse pour les couples homosexuels?

ReligionL’Église protestante se prononcera à la fin du mois sur une bénédiction élargie. Afin d’adapter ses pratiques aux changements sociétaux.

Ci-dessus le temple de la Fusterie, à Genève.

Ci-dessus le temple de la Fusterie, à Genève. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un signal fort d’ouverture même si la porte n’est encore qu’entrebâillée: la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) s’est prononcée mardi en faveur de l’initiative parlementaire des Vert’libéraux qui demande l’ouverture du mariage civil aux couples homosexuels. Ce soutien ne signifie toutefois pas qu’un mariage religieux sera désormais autorisé pour les couples homosexuels. Car sur cette question, c’est aux Églises de chaque canton de statuer. L’Église protestante de Genève (EPG) le fera justement à la fin du mois, lors de la prochaine séance du Consistoire (parlement de l’EPG).

De nombreuses institutions alémaniques pratiquent une bénédiction religieuse des couples du même sexe depuis des années; l’Église évangélique réformée vaudoise a validé en 2012 un rite particulier. Mais à Genève, la question d’une telle liturgie a toujours été balayée. Jusqu’en 2018. L’EPG, poussée notamment par une relève de jeunes pasteurs et les attentes de paroissiens, lance alors une consultation dans le but de revoir sa pastorale afin de l’adapter «aux nouveaux schémas conjugaux». «La réflexion va au-delà de la bénédiction des couples homosexuels, précise Emmanuel Fuchs, président de l’EPG. La société évolue et nous devons savoir comment aborder les nouvelles questions qu’elle apporte. Quand une famille monoparentale ou des parents non mariés nous demandent de baptiser leur enfant, que faire? Ils font partie de notre communauté. L’Église doit pouvoir leur répondre favorablement.»

Ces questions sont délicates, rappelait dans nos colonnes Blaise Menu, modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres, car elles touchent «aux représentations liées à la conjugalité, à la filiation, aux normes sexuelles, à la tradition biblique et à la compréhension du statut de la famille qui est loin d’être univoque». La réflexion de l’EPG se fonde sur l’approche théologique – interprétation et respect des textes sacrés – et pastorale – accompagnement et actions pour la communauté. Emmanuel Fuchs soutient que l’approche pastorale doit primer «sur une certaine rigueur dogmatique. Il faut revoir nos présupposés théologiques et être d’abord attentif aux personnes.»

Le Consistoire sera-t-il du même avis? Le président de l’EPG, sans préjuger du vote à la fin du mois, souligne que les débats menés en amont ont été «sereins même si la question est clivante. Nous cherchons un consensus différencié, qui reconnaisse les réticences sans briser l’unité.» À quoi ressemble une bénédiction qui fait consensus? Peut-elle être identique à la liturgie offerte aux hétérosexuels? Le responsable ne se prononce pas pour l’instant. «Sa forme doit encore être précisée.»

Il conclut en rappelant que l’Église n’est pas la seule à devoir prendre ses responsabilités sur le sujet, «le Canton doit aussi le faire». Car selon la loi, le mariage à l’église ne peut être célébré qu’entre personnes civilement mariées. «Il faut donc d’abord que l’État reconnaisse le mariage civil homosexuel avant que nous puissions instaurer une bénédiction religieuse…»

Créé: 07.11.2019, 07h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...