Le verrou de Champel a sauté: feu vert au CEVA

TransportsLe Tribunal fédéral a rejeté les ultimes recours contre la future liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse. Les travaux peuvent entrer dans le vif du sujet. Ils dureront six ans.

Les travaux du CEVA sur le plateau de Champel. Le chantier global est divisé en six secteurs qui avancent de front. Pour l’heure, les Genevois ont surtout vu des travaux préparatoires. Les grosses opérations débuteront dès l’automne. PIERRE ABENSUR

Les travaux du CEVA sur le plateau de Champel. Le chantier global est divisé en six secteurs qui avancent de front. Pour l’heure, les Genevois ont surtout vu des travaux préparatoires. Les grosses opérations débuteront dès l’automne. PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est l’une des batailles les plus longues et les plus homériques que Genève ait connue. Elle a pris fin hier par une ultime décision. Le Tribunal fédéral a rejeté les recours qui s’attaquaient à la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA). Le dernier quarteron d’opposants, tous domiciliés à Champel, est battu. Plus rien désormais ne s’oppose à la réalisation de ce chantier dont les travaux, d’ailleurs, ont commencé depuis quelques mois.

Les conséquences pour le chantier

Bien que les travaux aient déjà commencé le 15 novembre dernier, l’arrêt du Tribunal fédéral était très attendu. «Cette décision représente une très grande avancée, insiste Caroline Monod, chargée de communication du projet CEVA. Jusqu’alors, nous n’avions qu’une autorisation partielle qui nous empêchait d’entamer le percement du tunnel de Champel. Or, cette opération est longue et conséquente. Il était important de pouvoir la démarrer. Sinon l’ensemble des travaux aurait pris du retard.»

Le chantier est divisé en six secteurs qui avancent de front. Pour l’heure, les Genevois ont surtout vu des travaux préparatoires. Les grosses opérations débuteront dès l’automne. Avec notamment la réalisation de parois moulées aux gares ainsi qu’entre Chêne-Bourg et la frontière. Le percement des tunnels devrait commencer en 2013. Le chantier durera six ans. La mise en service du CEVA est attendue pour la fin de 2017. Son coût est estimé à 1,5 milliard de francs, financé pour moitié par Genève et la Confédération.

Pourquoi les recours ont été rejetés

Au Tribunal fédéral, il ne subsistait plus que quatre recours. Ils émanaient d’un locataire ainsi que d’une demi-douzaine de propriétaires de Champel. Pour la plupart, ces recourants réclamaient de meilleures garanties contre les vibrations et le bruit provoqués par les trains dans le tunnel de Champel. Ils exigeaient notamment la possibilité de poser une dalle en béton flottante de 125?cm d’épaisseur. Or, les gabarits ne sont adaptés que pour une dalle de 110?cm. Le fond de l’affaire a donc porté sur une question de centimètres. L’Office fédéral des transports a prévu de réaliser des mesures une fois le gros œuvre achevé. Les juges de Mon-Repos ont confirmé cette méthode. Ils ont estimé, sur la base de rapports d’experts, «que les mesures préconisées protégeront les riverains de manière adéquate et suffisante». Et que les normes seraient respectées, même avec des mesures de protection moins importantes que celles réclamées par les recourants.

Une bataille de dix ans

Le conseiller d’Etat François Longchamp s’est félicité de cette décision «qu’il attendait avec impatience. Nous allons enfin pouvoir consacrer toutes nos forces et nos ressources à la construction de cet ouvrage structurant pour notre agglomération et dont nous avons tant besoin.»

Vieux de cent ans, et relancé il y a une dizaine d’années, le projet du CEVA a été combattu sur tous les fronts. Au niveau politique, une initiative a tenté, sans succès, de modifier son parcours. Puis un référendum a combattu le crédit supplémentaire. Sans succès aussi, puisque le projet a été accepté en novembre 2009 par 61% des Genevois. Sur le plan judiciaire, l’autorisation de construire, délivrée en mai 2008, a été combattue jusqu’au Tribunal fédéral. Une procédure qui a duré quatre ans.

L’opposition demeure

Avocat d’une partie des recourants, Mauro Poggia reste politiquement opposé au projet. Le conseiller national MCG reconnaît toutefois que les moyens d’action sont désormais limités. L’année dernière, il évoquait le lancement d’une initiative législative pour suspendre le CEVA jusqu’à ce que la France dispose du financement. «Mais c’est un énorme travail de la lancer», dit-il aujourd’hui. Il veut en revanche obtenir des explications sur les 125 millions de francs que Genève a versés à Berne pour se dispenser des frais d’entretien futurs. «C’est peut-être une manière de masquer un crédit supplémentaire qui aurait pu être combattu par référendum.» (TDG)

Créé: 30.03.2012, 07h12

Dossiers

Articles en relation

Le bouclage du financement du CEVA en France prévu avant l'été

A Genève, plus rien ne bloque le chantier après la levée des recours par le TF. En France, tous les élus assurent leur soutien au CEVA et leur engagement financier. Plus...

Galerie Photos

Les futures gares du CEVA

Les futures gares du CEVA Les six nouvelles gares entre Cornavin et Annemasse se dévoilent en images de synthèse. A découvrir!

Galerie Photos

Reportage sur le chantier CEVA de Champel

Reportage sur le chantier CEVA de Champel A Champel, les travaux du CEVA ont avancé. Reportage en images

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...