Vernier va tester un «parlement des invisibles»

IntégrationGenève, qui compte 40% d’étrangers, explore de nouvelles pistes pour intensifier leur participation à la vie politique.

Le projet, développé par le directeur de l'Institut d'études de la citoyenneté de l'Unige a été effectué sur mandat du bureau de l'intégration, chapeauté par Thierry Apothéloz.

Le projet, développé par le directeur de l'Institut d'études de la citoyenneté de l'Unige a été effectué sur mandat du bureau de l'intégration, chapeauté par Thierry Apothéloz. Image: Steve iuncker gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La commune de Vernier connaît depuis 2005 les contrats de quartier, cet outil de participation citoyenne qui permet de faire remonter vers les autorités municipales des projets d’habitants puis de les réaliser. Les Verniolans devraient pouvoir expérimenter très prochainement un autre dispositif, dont l’élément central sera un forum. L’objectif: inviter les gens à s’autoriser à participer à la vie politique de leur commune, et cela quel que soit leur statut.

Présenté il y a quelques jours, ce projet a été développé par Matteo Gianni, directeur de l’Institut d’études de la citoyenneté de l’Université de Genève, et la petite équipe qu’il a dirigée. Ce travail a été effectué sur mandat du Bureau de l’intégration, désormais rattaché au Département de la cohésion sociale de Thierry Apothéloz, lui-même ancien conseiller administratif de Vernier.

Le conseiller d’État attend beaucoup de ce qu’il a qualifié de «parlement des invisibles»: «Nous avons tout intérêt à améliorer le taux de participation des résidents étrangers, comme des Suisses d’ailleurs, précise-t-il. Cette étude démontre les avantages que nous avons à développer de multiples outils tels que les forums ou les contrats de quartier. La citoyenneté, c’est autre chose qu’un passeport.»

Les gains de la participation

Le pari de Matteo Gianni est tout aussi ambitieux: «Nous avons postulé que favoriser la participation politique engendrait des gains significatifs en termes d’intégration en particulier, et plus généralement en termes de cohésion sociale», écrit-il dans sa recherche.

Mine de rien, le chercheur renverse ainsi la définition de l’intégration adoptée par une bonne partie de la population, celle qui dit que la participation politique s’obtient une fois qu’on est parfaitement intégré: «La participation est généralement vue comme un but en soi, a-t-il expliqué lors de la présentation de l’étude. Nous en faisons un moyen pour l’intégration. La citoyenneté devient dès lors une pratique de participation à la collectivité et non pas un statut offrant des droits politiques.»

Ni ghetto ni forum alibi

Complémentaire à ce qui existe déjà à Vernier, le futur forum – en réalité, il devrait y en avoir plusieurs – sera appuyé par différents dispositifs qui le structureront et le renforceront. Il s’agira de formations, d’information, d’incitations et d’outils numériques. La création d’une carte «d’identité» municipale est également suggérée, une innovation qui avait obtenu un grand succès à New York mais que Lausanne a récemment décidé de ne pas tenter.

Dans l’esprit des chercheurs, il est exclu de limiter la participation aux forums aux étrangers ne disposant d’aucun droit politique. Ils seront ouverts à tous, mais cette catégorie de résidents sera incitée à entrer dans le processus. Le fait d’être reconnus par les autorités comme partenaires légitimes de participation politique devrait notamment constituer une bonne motivation.

De même, les thématiques traitées ne relèveront pas forcément de questions relatives aux résidents étrangers. Matteo Gianni propose que des assemblées publiques se réunissent, par exemple tous les six mois, pour définir les thèmes à traiter. Ce sont ensuite des forums – chacun doté de quinze à vingt membres élus par l’assemblée – qui prendront le relais pour approfondir les sujets.

Des moyens d'action

Charge à leurs membres de décider ensuite quels moyens d’action utiliser pour se faire entendre: recommandation et sollicitation de l’Exécutif communal, publication d’un rapport, prise de position dans la brochure officielle de votation, mise à l’agenda du Législatif ou lancement d’un référendum.

«Le facteur clé du succès sera le discours légitimant des autorités, a précisé Matteo Gianni. Ce dont je suis certain, c’est que Vernier est le meilleur laboratoire pour expérimenter cela.» «Le défi que vous nous proposez plaît beaucoup à Vernier, a conclu Yvan Rochat, conseiller administratif de la commune. C’est valorisant, mais c’est également exigeant. Laissez-nous un peu de temps pour mettre en place les bases de ce projet.» (TDG)

Créé: 01.10.2018, 17h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.