Aux Vernets, comment éviter la caserne pour 4000 habitants

LogementLe futur quartier au bord de l’Arve sera très dense. Les architectes ont tenté de relever le défi. A voir dans une exposition.

La cour intérieure d’un des îlots, conçu par le bureau Jaccaud Spicher: des façades en dents de scie pour atténuer un peu l’épaisseur du bâtiment.

La cour intérieure d’un des îlots, conçu par le bureau Jaccaud Spicher: des façades en dents de scie pour atténuer un peu l’épaisseur du bâtiment. Image: Jaccaud Spicher architectes associés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La caserne des Vernets fera place, d’ici à quatre ans, à un nouveau quartier. Un ensemble dont la densité, très forte, sera comparable, voire supérieure, à celle des Pâquis. Sur cinq hectares, on érigera 1500 logements pour près de 4000 personnes. Comment éviter de les faire vivre dans des casernes? C’est le défi qu’ont tenté de relever une dizaine de bureaux d’architectes, invités à un concours (de type mandat d’étude parallèle). Le résultat de leur travail est exposé jusqu’à la fin de la semaine.

Les architectes n’avaient pas les coudées franches. Ils devaient dessiner deux grands îlots définis lors d’un précédent concours d’urbanisme (lire ci-dessous). Cette forme de bâtiment revient en force aujourd’hui, profitant de la mauvaise cote des immeubles en barre.

Ici, les îlots s’inspirent du square du Mont-Blanc, dont ils ont la même dimension. Formant un quadrilatère de 130 mètres sur 90, ils offrent une cour intérieure grande comme un terrain de foot. Différence de taille, ils seront bien plus élevés: neuf étages sur le rez-de-chaussée, soit 31 mètres de haut.

Limites de la densité

Cette forme monumentale constitue un vrai défi. On est ici «aux limites de la densité et de la grande échelle», comme le reconnaît le président du jury, le Bâlois Dominique Salathé, dans la plaquette du concours.

Certains architectes ont tenté de réduire la perception de grandeur de ces deux ensembles. Ils ont proposé des derniers étages en retrait ou des artifices dans les façades donnant l’illusion de bâtiments moins hauts. Ces projets ont été écartés, même s’ils étaient peut-être susceptibles de plaire le plus au grand public, souvent réticent aux bâtiments XXL.

Qualité des appartements

Car l’esthétique d’un bâtiment ne suffit pas. «Ce qui compte avant tout, c’est la qualité des appartements pour les gens qui vont y vivre», rappelle l’architecte cantonal Francesco Della Casa, membre du jury. Outre leurs qualités, ces logements doivent aussi répondre aux diverses demandes des sept maîtres. Or une coopérative n’a pas les mêmes envies qu’un promoteur classique.

Mais la plus grande difficulté résidait dans la largeur des bâtiments, soit 21 mètres, induite par la forte densité. Une telle épaisseur ne pose pas de problème pour qui veut construire un palais. Mais pour l’habitat moderne, très normé et où chaque mètre carré compte, c’est une gageure. Il est difficile d’y dessiner un appartement traversant. Car, comme un élastique, plus on l’étire, plus il s’amincit. Il se transforme alors en un couloir étroit et la cuisine, souvent disposée au centre de ce boyau, ne reçoit pas la lumière naturelle.

«Rue intérieure»

L’un des lauréats (il y en a deux) a trouvé une solution inédite. Il a dessiné une «rue intérieure», sorte de large couloir qui longe le bâtiment en son centre à tous les étages. Surface de circulation, elle peut aussi accueillir des locaux communs. La plupart des appartements sont disposés de part et d’autre de cette «rue» qui, en outre, est traversée verticalement par des puits de lumière. Les fenêtres des cuisines donnent sur cet espace intérieur, sans qu’on ne sache si elles pourront s’ouvrir, en raison des normes antifeu.

Ce dispositif a convaincu le jury en raison notamment de la qualité de vie qui y est attendue. Il pose toutefois un problème puisque la moitié des logements seront mono-orientés. Ceux qui donnent au nord n’auront donc jamais de soleil. Ce projet émane du bureau neuchâtelois Geninasca-Delefortrie. Il réalisera un des deux îlots.

Cuisine fermée

Le second lauréat a trouvé une autre manière de s’affranchir de l’épaisseur. Il propose, à l’intérieur de la cour, une façade en dents de scie. Les appartements sont disposés sur les pointes de ces redents et bénéficient ainsi d’une double orientation. Si ce dispositif a aussi ses inconvénients (notamment les vis-à-vis qu’il induit), il a conquis le jury en raison des typologies originales qu’il propose. Il offre notamment des cuisines fermées assez grandes pour manger, ce qui nous change du sempiternel salon-cuisine que les Genevois subissent depuis des lustres. Ce projet émane du bureau genevois Jaccaud Spicher, qui réalisera le deuxième îlot.

Les qualités de ces immeubles se découvriront à l’usage. Pour faire de ce quartier un lieu vivant, les rez-de-chaussée seront occupés par de nombreuses surfaces communes, telles que des commerces, une crèche, une maison de quartier, des espaces culturels, des restaurants, etc.

Il reste à définir l’aménagement des cours, censées être des espaces de transition semi-publics. Entre les immeubles, en revanche, des placettes et des mails seront ouverts au public et devraient favoriser une bonne irrigation du site afin de l’intégrer dans son quartier, entre l’Arve et les Acacias.

Exposition

Exposition Quai des Vernets, jusqu’au 22 septembre, de 12 à 18 h 30, à la tour cargo CFF, 6, routes des Jeunes. Info sur quai-vernets.ch (TDG)

Créé: 19.09.2017, 18h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...