«La venue du pape sera un événement d’une ampleur inédite»

VisiteSa Sainteté sera à Genève le 21 juin. 40'000 visiteurs sont attendus, un défi hors norme en termes de mobilité et de sécurité.

De g. à dr.: Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, et Andrzej Choromanski, représentant du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

De g. à dr.: Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, et Andrzej Choromanski, représentant du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Image: EPA/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Genève se prépare à vivre un événement d’une ampleur inédite le 21 juin. La visite du pape François, invité par le Conseil œcuménique des Églises (COE), va attirer des milliers de fidèles. Plus de 40 000 personnes sont attendues. Le dispositif sécuritaire sera à la hauteur de l’événement: hors norme. Il mobilisera toutes les forces de police cantonale à disposition – hors personnel en vacances – du garde-frontière à l’agent des transports. Mais également des renforts intercantonaux. Un plan mobilité spécial aussi, avec des cadences dédoublées, des navettes, des déviations. Le tout dans un contexte sécuritaire international tendu. Un défi d’envergure!

Inscriptions obligatoires

Pour présenter le programme de cette journée et sa logistique, le COE – qui regroupe 350 communautés – a organisé mardi une conférence de presse dans ses locaux du Grand-Saconnex. En présence de représentants du Conseil et de l’Église catholique, qui ont qualifié cette visite «d’étape historique, une grande contribution en faveur de l’unité et de la paix», et de responsables de la police genevoise, chargée du volet sécurité.

Tout commencera à 10 h 10, avec l’arrivée du souverain pontife à l’aéroport de Genève. Il sera accueilli par trois conseillers fédéraux, dont le président de la Confédération, Alain Berset, avec qui il s’entretiendra. Direction ensuite les locaux du Conseil, pour une prière œcuménique en présence de délégations d’églises locales. Troisième étape: l’Institut œcuménique de Bossey, en terres vaudoises, pour un «lunch». Après un retour au COE, quelques discours et audiences privées où pourraient être abordées des questions plus politiques comme la situation en Syrie et en Corée du Nord, le pape donnera une grande messe à Palexpo à 17 h 30. Pour ceux qui souhaitent y assister, une inscription au préalable est indispensable. Pour les autres, la messe sera retransmise sur des écrans, notamment dans le parc Sarrasin attenant. Sa Sainteté reprendra l’avion à 20 h.

Impossible d’absorber le flux

Chaque lieu de halte sera entouré d’un périmètre de sécurité, les accès seront contrôlés et limités aux ayants droit. Des blocs de béton seront installés à certains endroits «pour éviter au maximum des incidents, a précisé le lieutenant-colonel François Waridel, chef des opérations de la police. Le contexte sécuritaire international a forcément une influence sur le dispositif… même si nous voulons pouvoir tout de même garantir une certaine convivialité.»

Le major Patrick Pulh, chef de la police routière, a indiqué que tout serait mis en œuvre pour garantir une certaine fluidité du trafic. «Toutefois, d’importantes perturbations de circulation sont à prévoir. Les infrastructures du canton ne permettent pas d’absorber le surplus de véhicules des dizaines de milliers de pèlerins.» Alors un mot d’ordre: «Éviter de prendre son véhicule privé et privilégier les transports publics et les taxis.» Les cadences des TPG seront-elles adaptées en conséquence? «Nous travaillons avec les TPG, les lignes vers Palexpo seront notamment renforcées», assure le major.

Dès 9 h – il est conseillé de venir tôt à Palexpo – les visiteurs hors du canton pourront stationner leurs véhicules dans des parkings de délestage, à Divonne et au Vitam à Neydens, puis emprunter des navettes gratuites. Il n’est, pour l’instant, pas prévu de fermer des routes. Les cyclistes auront droit à un parking spécial au Grand-Saconnex. Quant aux personnes à mobilité réduire, elles bénéficieront d’un dépose-minute devant la Halle 7, qui servira d’ailleurs de zone de contrôle et de fouille. Le jour J, des points réguliers de circulation et de sécurité seront disponibles sur les réseaux sociaux de la police. Enfin, les voyageurs devront prendre plus de marge que d’habitude et se rendre à l’aéroport avec une avance de trois à quatre heures.

Première d’une telle ampleur

L’ampleur de l’événement est exceptionnelle. Quarante mille personnes attendues dans un même lieu, peut-être plus: en 2004, à Berne, Jean-Paul II avait réuni 70 000 fidèles. À titre de comparaison, c’est deux fois la manne d’une soirée de Paléo, image François Waridel. La Fan Zone à Plainpalais, en 2004, lorsque la Suisse était coorganisatrice de l’Euro avec l’Autriche, c’était de 15 000 à 20 000 personnes; le concert de Metallica en avril à Palexpo, 20 900 fans.

La police genevoise a-t-elle déjà eu à gérer un événement hors norme comme la venue du souverain pontife? «D’une telle ampleur, non, répond Jean-Philippe Brandt, responsable de la communication de la police genevoise. Le pape est un chef d’État, d’un niveau de haut rang, de celui du président des États-Unis ou de la Russie. Pour accueillir ce genre de personnalité, nous avons le savoir-faire. Mais ce qui est exceptionnel ici, c’est l’intensité de l’événement et le nombre de personnes qui seront réunies à un même endroit.» Le défi sera encore plus important à la fin de la messe, puisque les tickets d’entrée stipulent des heures d’arrivée, afin d’échelonner les flux, mais pas de départ. Tout le monde quittera donc Palexpo en même temps…

La logistique est conséquente, la facture de cette visite devrait l’être aussi. Mais personne ne s’autorise encore à articuler de chiffres, ni la police genevoise – «Les coûts globaux ne sont pas encore connus», dit-elle en revoyant aux politiques – ni le COE – «Ça coûtera mais ça rapportera aussi en retour.»

Plus d’informations sur la journée sur www.diocese-lgf.ch

(TDG)

Créé: 15.05.2018, 21h33

Articles en relation

La visite du pape se prépare en secret à Genève

Protocole Dans 64 jours, le pape François sera en visite à Genève. Discrètement, sa garde rapprochée a repéré les lieux cette semaine. Plus...

L’unité chrétienne au cœur de la visite du pape

Genève La Suisse n’avait plus accueilli de souverain pontife depuis 2004. François a répondu à l’invitation du Conseil œcuménique des Églises. Un «signal fort» pour l’œcuménisme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Affaire Maudet: nouvelle révélation
Plus...