Vendre sa villa pour une barre va rapporter de l’or

FinancesDans les zones à urbaniser, l’État va améliorer les conditions de vente pour les propriétaires.

Antonio Hodgers, lors d'une conférence de presse le 20 mars 2019.

Antonio Hodgers, lors d'une conférence de presse le 20 mars 2019. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les propriétaires de villas pourront vendre leur maison à meilleur prix dans les zones destinées à être urbanisées. Le conseiller d’État Antonio Hodgers a annoncé ce mardi une série de mesures allant dans ce sens. «Nous voulons que les gens partent de leur plein gré et pour cela, il faut leur offrir des conditions avantageuses», a déclaré le chef du Département du territoire.

Ces mesures ont pour but de libérer du terrain plus rapidement pour construire. À Genève, c’est avant tout dans la zone dite de développement que l’on réalise du logement. Pour obtenir des loyers abordables, l’État y fixe le prix du terrain. Mais ce dernier est souvent considéré trop bas par les propriétaires de villas qui rechignent à vendre.

Ces réticences sont d’autant plus problématiques que l’État a décidé de déclasser 11% de la zone villas en zone de développement. Ces périmètres offrent à l’avenir le principal potentiel de logements à bâtir avec la Praille. La question de leur disponibilité est donc essentielle.

La première mesure prise par l’État vise à augmenter le prix du terrain accordé aux propriétaires. De 1000 francs le mètre carré il pourra s’élever jusqu’à 1238 francs en fonction de la densité du futur quartier. À cela s’ajoute la valeur de la maison ainsi que des aménagements extérieurs.

Mais le propriétaire pourra surtout échanger avec le promoteur sa maison contre maximum trois appartements dans le futur immeuble. Des biens qu’il pourra ensuite occuper, louer ou revendre avec une forte plus-value.

Ainsi, pour une maison estimée à deux millions, le propriétaire pourra revendre ces trois appartements 3,1 millions de francs. «Cette possibilité existait déjà en partie mais était peu utilisée car, entre la démolition de la villa et la réalisation du nouveau bâtiment, le propriétaire ne savait pas où se loger», commente le magistrat.

Une deuxième possibilité a donc été mise en place. Plutôt que prendre possession des trois appartements, le propriétaire pourra encaisser l’argent dès la vente de la maison, sans attendre la construction. Dans le cas d’une maison à 2 millions, il touchera alors 2,7 millions. Dans ce cas, il ne sera imposé qu’une seule fois. «Une solution fiscalement plus intéressante», a relevé la ministre des Finances Nathalie Fontanet.

Ces mesures n’auront aucun effet sur les loyers des futurs logements, a assuré Antonio Hodgers. Elles ont été élaborées après consultation des promoteurs et des propriétaires de villas.

Créé: 21.05.2019, 21h01

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...