Passer au contenu principal

Les vélos en libre-service divisent les communes

L’Etat fait volte-face et demande aux mairies de payer une partie des frais de fonctionnement. Plusieurs communes se retirent du projet

Les habitants de la Ville de Genève ne seront pas les seuls à enfourcher les fameux vélos en libre-service (VLS). Quinze communes participent au projet qui devrait aboutir au printemps 2013. Elles viennent toutefois d’apprendre une nouvelle qui leur reste en travers de la gorge: l’Etat les invite à prendre en charge une partie des frais de fonctionnement, ce qui n’était pas prévu.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.