Des vélos pour le climat à Genève

ÉcologieLe tour Alternatiba est passé par le canton dimanche. Trois cents cyclistes sont venus l’accueillir au nom de la transition écologique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une «quadruplette», deux «triplettes» et, derrière, quelque trois cents cyclistes, du deux-roues classique au vélo cargo en passant par des modèles à une roue et d’autres moutures difficiles à décrire. Un cortège de mobilité douce d’un genre nouveau est passé par la rive droite dimanche, de la place de Nations au parc des Cropettes: celui du tour Alternatiba.

«Libérez les cyclistes enfermés dans les voitures!» «et un, et deux et trois degrés» ou encore «plus chaud, plus chaud, plus chaud que le climat» ont pu entendre les gens sur son passage.

Le tour Alternatiba est une manifestation inédite organisée par un mouvement français du même nom né à Bayonne (au Pays basque) en 2015, juste avant la COP21, une importante conférence sur le climat. Ses cyclistes doivent sillonner l’Hexagone, et passer par quatre pays voisins, du 9 juin au 6 octobre pour une seule cause: le climat.

«Il existe des solutions»

Entre le départ à Paris et l’arrivée à Bayonne, près de deux cents étapes dans autant de municipalités sont prévues. Chacune doit se terminer par une «vélorution»: cinq kilomètres en cortège avec le plus de participants possibles. À Paris, ils étaient des milliers, à Lausanne, samedi, une cinquantaine. À Bayonne, des dizaines de milliers de personnes sont attendues.

«On vient porter un message en trois points», résume Rémi Donaint, membre d’Alternatiba et porte-parole du tour à Genève. «Pour sauver le climat, il faut premièrement agir vite et radicalement, il existe deuxièmement des solutions et, troisièmement, il faut une stratégie d’opposition aux grands projets climaticides.» Les solutions? Elles vont du potager urbain au «changement de système», indiquent les organisateurs du tour. Avant Genève, les cyclistes au T-shirt vert se sont arrêtés à Saint-Genis-Pouilly pour faire part de leur mauvaise humeur face à la construction prévue d’un important centre commercial qui menace à leurs yeux une zone marécageuse au biotope fragile. «Elle n’est pas gagnée, la bataille pour le climat, mais elle n’est pas perdue non plus», selon Rémi Donaint.

Communication rodée

Rémi Donaint estime que, à mi-parcours, le bilan du tour est «plus que positif» et que «son message d’espoir en faveur du climat passe bien». Le mouvement s’appuie à chaque étape sur des relais d’associations locales, chargées de créer un événement. Du coup, le tour trouve un écho dans la presse locale, au gré des étapes.

Samedi, il faisait des vagues dans le Jura français puis à Lausanne après avoir fait couler l’encre à Besançon et dans le Nord Franche-Comté. La semaine prochaine, autour des blogueurs et journalistes d’Annecy et de Grenoble d’être sollicités.

«Chaque étape m’a marqué d’une façon différente, difficile de comparer», indique Baptiste Mugnier, un autre membre d’Alternatiba. Il est d’autant plus dur de comparer qu’aucun cycliste ne fera le tour complet. Les participants – pas forcément des sportifs – se relayent en effet au sein d’un peloton d’une douzaine de personnes. La «quadruplette», cet engin à quatre selles, ne sort du camion accompagnant les deux roues que sur les derniers kilomètres de chaque étape. Les triplettes, elles, doivent effectuer les 5800 kilomètres.

Votation populaire

À Genève, Alternatiba Léman – le comité romand du mouvement français – Pro Vélo et l’ATE (Association transport et environnement) ont mis en place une douzaine de stands au parc des Cropettes, où le cortège s’est arrêté.

Parmi les participants, Rolin Wavre. Le député PLR au Grand Conseil et vice-président de Pro Vélo Genève défend le contre-projet d’une initiative visant à ancrer le vélo dans la constitution. Il sera soumis au peuple le 23 septembre prochain.

Un tour à vélo en faveur du climat? Il en existe d’autres en Europe, dont l’Altertour, qui a lieu en même temps en France. Contrairement au tour Alternatiba, ses participants ne créent pas l’événement au gré des étapes mais viennent s’inspirer des initiatives durables croisées sur leur chemin. Il y a aussi le Ecotopia Bike Tour, qui propose chaque été à ses inscrits de visiter des lieux de transition écologique. Ceux-là sont actuellement dans la péninsule Ibérique.

Créé: 19.08.2018, 20h47

Articles en relation

Le parc des Cropettes a accueilli le festival Alternatiba

Genève Le mouvement alternatif veut montrer qu’on peut tous participer à la lutte contre le réchauffement climatique. Dans la joie! Plus...

«35 000 personnes ont défendu le climat à Plainpalais»

Succès Le festival transfrontalier Alternatiba Léman a touché un large public, ce week-end à Genève. Ses organisateurs envisagent ainsi un acte II. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...