Les vasistas, une aubaine pour quatre cambrioleurs

Juillet 1918 dans la «Tribune»Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Notre série d’été.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un fait divers occupe une bonne place dans l’édition du 3 juillet 1918. Une bande de dangereux cambrioleurs a été alpaguée par la police genevoise. Comme de coutume à l’époque, les noms, prénoms et origines des malfrats figurent dans l’article. «Les agents de la brigade Kohlenberg, de la sûreté, ont arrêté: Émile Ritter, Bernois, Ernest Meyer, Zurichois, Fritz Wangeler, Lucernois, et Lorenzo Conttrato, Italien, quatre cambrioleurs qui se spécialisaient dans les vols commis par les vasistas», signale d’emblée le chroniqueur.

«C’est ainsi, poursuit-il, qu’ils s’étaient introduits le 10 juin dans le magasin de M. Tupin, cordonnier, place des XXII Cantons, 5, où ils s’étaient emparés de neuf paires de chaussures, puis dans un magasin de tabac au boulevard James-Fazy, de même que dans le magasin de M. Canet, rue des Grottes, 2, où ils avaient volé trente-huit saucissons.»

Ça continue dans la même veine: «Ces individus avaient en outre commis de nombreux vols avec effraction dans différents magasins de notre ville, notamment chez M. Dupraz, avenue de Frontenex, 33, où ils s’emparèrent de deux litres d’huile, deux bouteilles de champagne, des bouteilles de vin bouché, quatre bouteilles de marec, quatre bouteilles d’alcool à brûler, huit litres de rhum, quatre litres de kirsch.» Santé! «Puis chez M. Colin, rue des Gares, à la rue de la Navigation, rue des Pâquis, 1, où ils volèrent également de nombreuses marchandises.»

Face aux policiers, le quatuor a dû «balancer» si l’on en croit la suite de l’article: «Deux receleurs, Karl Tschudin, Bâlois, et Rosa Piguet, Genevoise, qui revendaient les marchandises volées furent arrêtés peu après et conduits à St-Antoine. Une perquisition faite au domicile de ces six individus amena la découverte d’une grande quantité de vin bouché, de savons, de tabacs, cigares, cigarettes, allumettes, liqueurs, beurre, graisse, saucissons, etc.»

Plainpalais fait son cinéma

Malgré la guerre qui s’éternise, les Genevois prennent aussi du bon temps. Les séances de cinéma ont lieu à la Maison communale de Plainpalais. «Le poison des Borgia», une tragédie en six parties, a tapé dans l’œil du journaliste: «Un véritable chef-d’œuvre cinématographique avec une mise en scène grandiose», s’emballe-t-il. «Les courses des taureaux en Espagne» remporte lui aussi un franc succès. (TDG)

Créé: 03.07.2018, 11h20

Articles en relation

Un ingénieur propose une refonte du réseau de trams

Juillet 1918 dans la «Tribune» Que lisait-on dans la «Tribune» il y a 100 ans? Notre série d’été. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...