Des vandales s’en prennent à une exposition d’un photographe genevois

GenèveDes clichés pris par Niels Ackermann à l’occasion du centenaire de l’OSR ont été saccagés. À deux reprises.

Les 30 panneaux vandalisés ce week-end ont été rétablis lundi matin par les services de la Ville de Genève.

Les 30 panneaux vandalisés ce week-end ont été rétablis lundi matin par les services de la Ville de Genève. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des placards animent souvent la promenade qui longe le quai Wilson. Des expositions montrent des photographies de belle tenue. Mais, bizarrement, alors qu’elles ne véhiculent aucun contenu politique ou polémique, celles du photographe genevois Niels Ackermann ont été mises à terre, par deux fois en l’espace de deux jours.

Son travail, réalisé en immersion entre octobre 2017 et mai 2018, lui a été commandé à l’occasion du centenaire de l’OSR (Orchestre de la Suisse romande), fondé par Ernest Ansermet en 1918. «Il a longtemps suivi les musiciens, mais aussi les techniciens. Nous avons ensuite, ensemble, procédé à une sélection de 60 photos», résume Laurence Lesne-Paillot, porte-parole de l’OSR.

«La première fois, j’ai d’abord cru que le vent les avait fait tombées», explique le photographe trentenaire. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, les vandales ont fait chuter 22 affiches sur 30. Niels Ackermann, photojournaliste qui partage sa vie entre Genève et Kiev, ne se connaît pas d’ennemi. Ni de jaloux. Le Genevois s’est notamment fait connaître par ses portraits, très saisissants. Et par de longs reportages sur les traces des anciennes statues de Lénine, en compagnie du journaliste français Sébastien Gobert, basé en Ukraine depuis 2011.

Ces deux professionnels sont nés respectivement deux et quatre ans avant la chute du mur de Berlin, qui a précédé l’effondrement de l’ex-URSS. Et le déboulonnage, un peu partout, des effigies du révolutionnaire.

De là à imaginer un léniniste s’acharner sur les photos des musiciens de l’OSR… «Nous n’avons pas reçu de menaces. Nous ne connaissons pas les raisons de ces déprédations», ajoute de son côté la porte-parole de l’institution. Magali Rousseau, administratrice de l’OSR, indique que cette exposition a coûté 40 000 francs à l’orchestre. Deux plaintes contre inconnu ont été déposées. La police va ouvrir une enquête.

Cette exposition doit lancer les festivités du centenaire de l’OSR. De nombreux autres événements seront organisés pour ponctuer cet anniversaire: concerts à la fin de novembre, opération portes ouvertes le 1er décembre au BFM…

Les responsables de l’OSR examinent aussi la possibilité d’installer un système de surveillance vidéo jusqu’à la fin de cette exposition, le 30 septembre.

Quant aux 30 panneaux présentant une sélection des œuvres de Niels Ackermann, ils ont été rétablis aujourd’hui par les services de la Ville de Genève. Les Genevois comme les touristes de passage peuvent à nouveau les admirer, tout en déambulant au bord du lac. (TDG)

Créé: 10.09.2018, 19h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...