Passer au contenu principal

«L’Usine ne doit pas être un espace de non-droit»

Le conseiller d’État Mauro Poggia s’exprime sur le trafic de drogue autour de l’Usine. Et déplore des complicités.

Le conseiller d’État Mauro Poggia observe qu’«aujourd’hui, les gens qui commettent des délits ont un sentiment d’impunité et les honnêtes gens un sentiment d’insécurité. C’est un comble. Il faut inverser ceci.»
Le conseiller d’État Mauro Poggia observe qu’«aujourd’hui, les gens qui commettent des délits ont un sentiment d’impunité et les honnêtes gens un sentiment d’insécurité. C’est un comble. Il faut inverser ceci.»
MAGALI GIRARDIN

La situation s’envenime entre la police et une partie des jeunes qui fréquentent les abords de l’Usine, à la Jonction. Dimanche dernier, une opération de police a mal tourné. Des personnes ont fait entrave aux forces de l’ordre et six d’entre elles ont passé la nuit au poste. Sur les réseaux sociaux, certains dénoncent «l’usage abusif de la force» par la police et un «ciblage raciste» de ses interventions. Ces tensions ne sont pas nouvelles, mais elles se sont accrues depuis quelques mois. Elles ont pour contexte la présence toujours forte de dealers autour du centre alternatif. Chargé du Département de la sécurité, le conseiller d’État Mauro Poggia réagit aux récents événements. Et dénonce des complicités au sein même de l’Usine.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.