Passer au contenu principal

L’Université célèbre la notion d’engagement

Lors de sa fête annuelle, l'alma mater a honoré ce vendredi Jean Starobinski et le prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein.

Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Discours de Yves Fluckiger, recteur de l'Université©.  Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Discours de Yves Fluckiger, recteur de l'Université©. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Discours de Yves Fluckiger, recteur de l'Université©.  Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Discours de Yves Fluckiger, recteur de l'Université©. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Remise du Doctorat Honoris Causa à Zeid Ra'ad Al Hussein  qui a assuré les fonctions de Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme.  Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 12 octobre 2018. Dies academicus 2018. Remise du Doctorat Honoris Causa à Zeid Ra'ad Al Hussein qui a assuré les fonctions de Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l'Homme. Photo: Laurent Guiraud
1 / 13

L’Université de Genève (UNIGE) organisait ce vendredi sa fête annuelle, placée sous le signe de l’engagement. Aux yeux du recteur Yves Flückiger, l’engagement est «indispensable, tant au niveau individuel qu’institutionnel». Pour l’alma mater, il consiste à relever les défis de la révolution numérique, tels que «la médecine personnalisée, la gouvernance d’internet ou les humanités digitales». L’UNIGE prépare à cet égard une stratégie qu’elle détaillera à la fin de l’année.

La longue cérémonie a ensuite vu une série de personnalités récompensées. Le plus illustre lauréat était malheureusement absent en raison de son état de santé. Agé de 97 ans, Jean Starobinski a reçu, par l’intermédiaire de ses trois fils, la Médaille de l’Université. Signe de «l’infinie reconnaissance» de l’institution envers cet «esprit libre», doté d’une «pensée profonde et pourtant limpide». Médecin, historien des idées, critique littéraire, sa «puissance d’interrogation ignore les barrières», a salué la vice-rectrice Micheline Louis-Courvoisier.

Autre invité de marque, le prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme de 2014 à 2018, a reçu un doctorat honoris causa. Tout comme la directrice générale du CERN, Fabiola Gianotti, le médecin Michel Kazatchkine, envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU sur le VIH/Sida en Europe de l’Est et en Asie centrale, la professeure de sciences politiques de Yale Seyla Benhabib et la psychologue Arlette Streri, spécialisée dans le développement de l’enfant.

Martiel Salamolard a été distingué comme Alumnus 2018 en raison de son engagement depuis vingt ans en faveur de la scolarisation des enfants en Inde. Emmanuel Dalle Mulle, docteur en histoire et politique internationale de l’IHEID, a reçu le Prix Latsis. L’Américaine Nancy Fraser, professeure de philosophie et politique, s’est vue décerner le Prix mondial Nessim-Habif. Le travail des plateformes de sciences citoyennes MMOS et Zooniverse a quant à lui été récompensé par la remise de Médailles de l’innovation. Enfin, la conseillère d’État responsable de l’instruction publique Anne Emery-Torracinta a souligné la valeur de l’engagement et mis en garde contre la soumission aveugle à l’autorité et le conformisme, relevant l’importance de l’autonomie personnelle.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.