L’Union maraîchère de Genève souffle 70 bougies et ouvre ses portes au public

GenèveLa coopérative a été créée au lendemain de la guerre. Son directeur, Xavier Patry, raconte le chemin parcouru depuis

L'Union maraîchère de Genève avait déjà organisé des portes ouvertes en 2015, lors de l'inauguration de sa nouvelle halle à Perly.

L'Union maraîchère de Genève avait déjà organisé des portes ouvertes en 2015, lors de l'inauguration de sa nouvelle halle à Perly. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Union maraîchère de Genève (UMG) fête ses 70 ans d’existence. Pour marquer le coup, elle organise une journée portes ouvertes ce dimanche dans sa halle de Perly. Au programme: dégustations de produits locaux, ateliers pour les enfants et visites guidées de serres voisines et de la zone de conditionnement des fruits et légumes. Le directeur de l’UMG, Xavier Patry, nous raconte le chemin parcouru par la coopérative.

Xavier Patry, comment et pourquoi est née l’Union maraîchère de Genève?

Au lendemain de la guerre, des producteurs ont décidé de s’unir pour être plus forts et mutualiser leurs compétences. Leur clairvoyance a permis à cette activité économique de se maintenir à Genève, malgré la concurrence des produits importés ou venus d’ailleurs en Suisse. Il est difficile pour nous d’être compétitifs, car nous avons les coûts de production les plus chers au monde. Ils sont par exemple 22% plus élevés qu’à Zurich, où le salaire de base est plus bas et le temps de travail plus long.

Comment cette activité a-t-elle évolué depuis 1949?

À l’époque, nous avions plus d’une centaine de producteurs dans notre coopérative; aujourd’hui, il y en a une trentaine, mais ils gèrent des exploitations plus grandes. Grâce aux nouvelles méthodes de culture, notre chiffre d’affaires a été multiplié. Nous fournissons en tout 30 000 tonnes par an de fruits et légumes, soit les 80% de la production maraîchère genevoise. Par ailleurs, nous nous sommes beaucoup diversifiés. Nous proposons actuellement une centaine de produits, et il y en a régulièrement de nouveaux qui arrivent sur le marché, comme les pastèques ou les choux kale. Il y a aussi davantage de variétés. Par exemple, avant, on cultivait trois sortes de tomates, et maintenant, on en a une soixantaine. Nous avons aussi commencé à valoriser nos invendus, avec du jus de tomate et prochainement aussi de la sauce.

Quels défis attendent l’UMG?

Nous devons continuer d’innover et de trouver des solutions pour rester compétitifs et augmenter la durabilité de notre activité. Nous faisons ainsi des efforts pour utiliser des emballages recyclables. Nous devons aussi améliorer notre communication pour avoir une meilleure image et faire comprendre aux politiques que nous nourrissons la population et représentons 600 emplois dans le canton.

Pratique Dimanche 22 septembre, de 9 h à 17 h, route de Base 45, à Perly

Créé: 20.09.2019, 18h50

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...