Une «coalition animaliste» s'oppose au projet d'abattoir

SociétéCréé en avril 2019, ce groupement réunit des antispecistes et des politiciens.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Steeve Iuncker-Gomez / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La réponse ne s’est pas fait attendre. Dix jours après l’annonce dans nos colonnes d’un projet de nouvel abattoir à Genève, «la coalition animaliste» a fait savoir par le biais d’un communiqué qu’elle s’y oppose «fermement». Créée en avril 2019, cette nouvelle alliance réunit six personnes, dont des antispécistes et des politiciens. On y trouve notamment Virginia Markus, auteure et militante, Athénaïs Python, porte-parole de la Ligue suisse contre la vivisection, Dominique Tinguely, conseiller municipal Vert à Plan-les-Ouates, ainsi que Marc Wuarin, membre du comité directeur des Vert’libéraux Genève.

La volonté des porteurs du projet de construire «un abattoir modèle» n’a pas convaincu les membres de la nouvelle coalition. «La souffrance et la maltraitance animales passent avant le souci de proximité, de modernité et de rationalisation, soulignent-ils dans leur texte. Les arguments mis en avant par les acteurs du projet, soit privilégier la production locale, les circuits courts, la modernité, optimiser les techniques d’abattage, réduire le temps de transport des animaux et rationaliser la présence du vétérinaire cantonal, ne sauraient faire le poids face aux impératifs éthiques, environnementaux, sociaux et sanitaires.»

Pour «la coalition animaliste», c’est le principe même d’un abattoir qui pose problème: «Les animaux élevés et exploités à des fins de consommation, comme les vaches et les cochons, dont le projet prévoit de doubler la capacité d’abattage, sont aujourd’hui reconnus par la science comme des animaux sentients, soit capables de ressentir des émotions et conscients d’eux-mêmes et des autres, au même titre que l’humain, le chat ou le chien. Il n’y a donc objectivement aucune raison de traiter différemment tous ces animaux, en ce qui concerne leur droit à une vie heureuse et aussi longue que possible.» Les membres de ce nouveau groupement envisagent «d’entrer prochainement en contact avec les initiateurs du projet, afin de s’orienter vers d’autres solutions, tenant compte des préoccupations des uns et des autres».

Créé: 08.05.2019, 14h30

Articles en relation

Un abattoir «modèle» est projeté à Genève

Agriculture La future infrastructure prévoit de doubler les capacités d’abattage des vaches et des porcs dans le canton. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.