Un train est immobilisé deux heures par un drame

Lundi matin, suite à un accident de personne au Creux-de-Genthod, les trains ont subi de gros retards. Explications

Les trois voies CFF ont été fermées au trafic durant une heure entre Lausanne et Genève.

Les trois voies CFF ont été fermées au trafic durant une heure entre Lausanne et Genève. Image: Info-lecteur / Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un incident a bloqué le trafic ferroviaire entre Genève et Lausanne une bonne partie de la matinée, lundi, provoquant de gros retards. Cet «accident de personne» – comme il est dit pudiquement en cas de suicide – est survenu vers 7 h 30 au Creux-de-Genthod. Les trois voies CFF ont été fermées au trafic durant une heure, puis une voie a pu être rouverte. Enfin, les trains ont à nouveau circulé normalement sur trois voies à partir de 10 h 30, avec trente minutes à une heure de retard.

En revanche, fait rare, le train en question, lui, est resté immobilisé pendant près de deux heures, avec tous ses passagers à bord. A cette heure de pointe, avec en plus le Salon de l’auto, le convoi était bien rempli. «Il y a entre 500 et 800 personnes dans un train, explique le porte-parole des CFF, Jean-Philippe Schmidt. Il n’est pas possible de faire descendre tous ces gens sur les voies pour les évacuer, d’autant plus sur les lieux d’un accident de personne.» Tout un wagon a cependant dû être vidé, et un soutien psychologique a été offert à ses occupants.

Ces «accidents» sont relativement fréquents: on dénombre 123 cas en Suisse en 2013 (davantage que la moyenne de 112 entre 2009 et 2012), plus 64 tentatives. Si l’impact sur le trafic ferroviaire dépend des circonstances de chaque situation, cela requiert en tous les cas une procédure légale qui impose d’interrompre le trafic pendant un certain temps.

En premier lieu, la gendarmerie intervient sur place, boucle le secteur et essaie de trouver des témoins. Puis la Brigade criminelle arrive et l’officier de police de service ouvre l’enquête, obligatoire en cas de mort violente. Le médecin légiste vient ensuite constater le décès et, enfin, les pompes funèbres emportent le corps. Tant que toutes ces personnes interviennent sur les lieux, les trains ne peuvent pas circuler, même sur les voies qui ne seraient pas directement impactées par l’accident. Ou alors une voie est rouverte, mais seulement après avoir pris d’infinies précautions de sécurité.

Créé: 09.03.2015, 20h12

Articles en relation

Les trains CFF circulent à nouveau normalement

Genève La perturbation du trafic a duré plus de deux heures trente et a entraîné des retards importants pour des milliers de voyageurs. Plus...