Un épicier porte plainte contre deux frères et se fait poignarder

Tentative d’assassinatDeux suspects, dont un mineur, sont sous les verrous. Ils auraient menacé la victime quelques jours avant l’agression.

Le lieu du drame, survenu l'été dernier aux Grottes.

Le lieu du drame, survenu l'été dernier aux Grottes. Image: Lucien Fortunati.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

M., responsable d’une épicerie à la rue de Montbrillant, a bien cru que son heure était venue l’été dernier. Selon nos renseignements, ce commerçant des Grottes aurait d’abord été menacé de mort par deux frères kosovars. Effrayé, il a aussitôt porté plainte après ces intimidations.

Malgré cette dénonciation, il a reçu, quelques jours plus tard, huit coups de couteau dans une rue des Grottes. Il ne doit la vie qu’à l’arrivée rapide des secours alertés par des passants. La justice, qui suspecte les deux frères d’être à l’origine de cette tentative d’assassinat, les a arrêtés après les faits. L’un est mineur, l’autre majeur. Ce dernier sera jugé d’ici à la fin de l’année devant le Tribunal criminel.

«Sale juif»

D’après l’acte d’accusation que nous avons consulté, les ennuis de M. débutent le 28 juin 2018. Les deux frères kosovars estiment que le commerçant, accompagné d’un ami, les regarde avec trop d’insistance. D’après le Parquet, le suspect majeur, âgé de 25 ans, «a dit à son frère qu’il ne servait à rien de parler avec M. car il n’est pas albanais mais juif. De toute façon, on va le planter car c’est un sale juif.» Un fait curieux car M. n’est pas juif, relève son avocat.

Le lendemain, M. dénonce les faits à la police. Mais rien ne se passe du côté des forces de l’ordre. Son copain fait de même le 2 juillet, soit le jour de l’agression au couteau. Il est passé minuit cette nuit-là, précisent les réquisitions du procureur Gregory Orci: «Après avoir observé M. depuis l’angle de la rue Fendt et de la rue du Fort-Barreau, le majeur, de concert avec son frère, a attendu qu’il s’approche de ce croisement avant de s’en prendre à lui par surprise.»

Il perd des litres de sang

M. reçoit une pluie de coups de poing. Pour le Ministère public, le mineur l’a ensuite poignardé au thorax, à un bras et à une jambe. Le grand frère, lui, aurait ajouté: «Fils de pute, on t’avait averti qu’on allait niquer ta famille et te planter, sale juif!»

Les agresseurs prennent la fuite pendant que M., dont une artère est sectionnée, perd des litres de sang. Il est conduit aux HUG où il est opéré d’urgence pour freiner l’hémorragie. «Ils ont mis en danger sa vie», précise l’acte d’accusation. Le document relève «une absence particulière de scrupules du prévenu majeur […], un complet mépris de la vie d’autrui et une préméditation.»

Perfidie et cruauté: ce sont les termes utilisés par le Ministère public pour décrire le grand frère qui «a cherché à éliminer froidement M.». Le suspect a été arrêté deux heures après l’agression, pendant que les médecins opéraient M.

Placé en détention provisoire, il n’a plus quitté la prison. Quant au second prévenu, également emprisonné, il est sous le coup d’une procédure menée, de son côté, par la justice des mineurs.

Insultes, menaces et tutoiement

Les auditions des prévenus au Ministère public ont parfois été houleuses. Elles ont même nécessité l’intervention de la Brigade de sécurité.

L’un des suspects est allé jusqu’à insulter Me Robert Assaël, l’avocat de la victime poignardée, en le traitant de «fils de p...» ou en le menaçant: «Toi tu rigoles, moi je ne rigole pas.» Un des plaignants a également été traité de «sale menteur». Enfin, un prévenu a dit au procureur qu’il ne voyait pas pourquoi il le vouvoierait…

Créé: 07.05.2019, 07h00

«Je crains une grave erreur judiciaire»

Me Robert Assaël défend l’épicier des Grottes poignardé en juillet 2018. Selon lui, la violence des suspects a transpiré en audience: «On est au paroxysme de la violence gratuite. C’était une attaque extrêmement brutale, animale et sauvage.
Les agresseurs n’assument pas leurs actes d’une lâcheté rare. De plus, leur ligne de défense est cousue de fil blanc. Le cadet, mineur, prend tout sur lui, alors que son grand frère affirme avoir tout fait pour l’empêcher d’agir. Pourquoi? Parce que le droit des mineurs est beaucoup moins sévère que celui applicable aux adultes. Cette approche opportuniste est contredite par l’instruction, qui démontre le rôle important de l’aîné et les mensonges récurrents des prévenus…» Son client s’est vu mourir, dit-il: «S’il est un miraculé, il reste très choqué. Il ne vit plus, il survit comme un robot: il a tout perdu!»

Défenseur du second plaignant, Me Michael Anders réagit à son tour: «Mon client, un homme de couleur, a dû entendre, de la bouche de l’un des auteurs au moins, des propos injurieux, franchement racistes. Le mobile déclaré des auteurs est donc antisémite pour l’une des victimes, et raciste pour l’autre.» Me Nicolas Golovtchiner, avocat du frère aîné, souligne que son mandant conteste avec la plus grande fermeté les faits reprochés: «Il explique avoir fait tout son possible pour séparer son frère et la victime et avoir donc protégé cette dernière. Il maintient ne l’avoir ni frappée ni insultée. Il ne s’agit là nullement d’une stratégie de défense mais de l’explication donnée dès le premier interrogatoire à la police.»

Me Golovtchiner ajoute que son mandant «est désespéré des accusations à son encontre et vit son enfermement comme une profonde injustice. Au vu de la façon dont a été menée l’instruction de cette cause, soit essentiellement à charge, je crains qu’une grave erreur judiciaire puisse être commise par la justice dans cette affaire. Si le malheur de la victime ne fait aucun doute, faut-il pour autant, et pour obtenir une soi-disant réparation, ajouter une condamnation injuste pour l’un des prévenus?» F.M.

Articles en relation

Commerçant violemment agressé au couteau

Genève Une violente agression à coups de couteau a eu lieu le 2 juillet dernier sur le propriétaire d'un kiosque à la rue de Montbrillant. Deux suspects ont été interpellés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.