L'UDC veut baisser le salaire des fonctionnaires

Ville de GenèveDeux conseillers municipaux font des propositions «qui sortent du cadre». Le parti les découvre et s’en félicite.

Les UDC Eric Bertinat et Vincent Schaller.

Les UDC Eric Bertinat et Vincent Schaller. Image: Théo Allegrezza

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La démarche est «le fruit de discussions à bâtons rompus entre deux copains». Deux conseillers municipaux UDC qui désirent «qu’on parle de politique», enfin. Eric Bertinat et Vincent Schaller, qui se représentent, ont rédigé leur «feuille de route» en vue des élections du 15 mars en Ville de Genève. «Il ne s’agit pas d’un document de propagande. Nous avons fait une quinzaine de propositions qui s’éloignent des projets bateaux évoqués par les différents partis», affirme Eric Bertinat.

Les deux compères laissent donc à d’autres la végétalisation en milieu urbain et le développement des pistes cyclables. Place au «vrai sport en ville» et à la «maîtrise des coûts». Le sport, c’est à leurs yeux le parent pauvre de la politique municipale. Tant en termes de subventions aux clubs et aux associations (1,6% du budget) que d’infrastructures. «On densifie, on densifie, on densifie. Puis on pense aux installations», regrette Eric Bertinat. L’ancien président du Municipal soutient ainsi la création d’un centre sportif à la pointe ouest du quartier Praille-Acacias-Vernets.

Sacraliser l'école

Pour la maîtrise des coûts, il faut commencer par l’administration municipale. En revoyant à la baisse sa grille salariale, par exemple. «Pour un peu plus de 200'000 habitants, la Ville offre 3300 postes à plein temps pour une masse salariale d’environ 500 millions de francs, soit 150'000 francs en moyenne par emploi», s’étrangle Vincent Schaller. Celui qui avait commencé la législature sous d’autres cieux (PLR) formule aussi des propositions sur un sujet qui lui tient à cœur: l’école. «Ce lieu doit être sacralisé même en dehors des heures de cours. Les réunions de famille et autres activités n’ont rien à faire dans les salles des écoles primaires de la Ville», affirme le défenseur des «Promotions».

Ciblant les allocations de rentrée scolaire, dont les formulaires sont depuis peu traduits en sept langues, les deux élus exigent que le français soit «la seule langue de communication de l’administration». «Autrement, on incite au communautarisme», estiment-ils.

«Pas de contradiction»

Ce «petit programme», les deux élus en auraient bien fait le cœur de leur campagne pour la Mairie. Un ticket Bertinat-Schaller, «à prendre ou à laisser», avait été proposé en octobre à la section municipale. Qui avait décliné et préféré le duo Christo Ivanov-Pascal Altenbach.

Son président, Mathieu Romanens, n’y voit pas un désaveu à leur égard. Pas de problème, donc, si les deux amis jouent leur propre partition. Leur expérience est précieuse, assure Mathieu Romanens. «Eric Bertinat m’en a parlé il y a quelques jours, explique-t-il. Il n’y a pas de contradiction avec le tous-ménages du parti, qui est plus général car il s’applique à toutes les communes.» Pas de doute: à la tête de la section depuis trois mois, Mathieu Romanens connaît déjà son affaire.

Créé: 18.02.2020, 19h01

Articles en relation

Deux candidats UDC dans la course à l'Exécutif

Ville de Genève Le député Christo Ivanov et le conseiller municipal Pascal Altenbach ont été désignés lors d'une assemblée générale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...