Un troisième report de l’enquête sur La Pâquerette crée le malaise

PolitiqueLe rapport sur le drame d’Adeline M. ne sortira pas avant le procès du meurtrier présumé. Une situation qui surprend et inquiète.

Un nouveau délai a été annoncé hier par Jean-Marie Voumard, président de la CEP.

Un nouveau délai a été annoncé hier par Jean-Marie Voumard, président de la CEP. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cela commence à faire beaucoup. C’est la troisième fois que la Commission d’enquête parlementaire (CEP) chargée depuis dix-huit mois de faire la lumière sur les dysfonctionnements du centre La Pâquerette ayant conduit à la mort de la sociothérapeute Adeline M. diffère la livraison de son rapport. Celui-ci ne sera pas rendu avant le procès du meurtrier présumé Fabrice A., s’ouvrant le 3 octobre, mais d’ici à la fin du mois de janvier 2017. Ce retournement de situation surprend et inquiète.

Le président de la CEP, Jean-Marie Voumard, reste vague dans son communiqué adressé hier aux médias, confirmant une information du site du Matin. La collecte d’informations et les auditions étant terminées, «elle traite actuellement la très importante quantité de données recueillies afin d’en retirer les éléments pertinents pour une analyse exhaustive des faits». Contacté, le député MCG n’en dit pas davantage.

Le rapporteur chargé de la rédaction, le PLR Pierre Conne, semblait pourtant optimiste en juin dernier devant le parlement, indiquant que le travail d’enquête était quasiment terminé et l’analyse bien avancée. Il annonçait avoir besoin de trois mois de plus pour rendre son rapport à la session du Grand Conseil de septembre. Pourtant, un report a été décidé récemment par les quinze membres de la CEP, à la majorité, selon nos sources.

Alors, que s’est-il passé? Cette commission spéciale lancée en mars 2015 par le Grand Conseil n’aurait obtenu l’accès aux archives de l’unité de sociothérapie La Pâquerette qu’en mai 2016. Près de trente ans d’archives ont été retrouvés en partie à l’hôpital psychiatrique de Belle-Idée, sans moyen de savoir si elles sont complètes. Fallait-il tout éplucher dans le but de décortiquer le fonctionnement du centre ou ne sélectionner que les éléments liés à Fabrice A.? C’est la question épineuse à laquelle la CEP aurait eu de la peine à répondre. Mais ce n’est pas la seule explication du retard.

Pas facile de synthétiser le travail accompli. Le rapporteur a bien produit un document ce mois-ci, mais il n’aurait pas été jugé satisfaisant aux yeux de ses collègues de commission. L’ambiance n’est pas au beau fixe au sein du groupe d’élus de tous bords, contrairement à ce que beaucoup voudraient laisser croire. Le départ en juin du président MCG Jean Sanchez témoigne de ce malaise.

D’autres questions restent en suspens. Des discussions intenses sur le plan institutionnel et politique freineraient-elles le sprint final? A-t-on voulu reporter la publication de l’analyse après le procès du meurtrier pour éviter des interférences? Malgré nos appels auprès de membres de la CEP et de députés, rares sont ceux qui ont accepté de s’exprimer.

Pour le Vert François Lefort, en dehors de la CEP, ce délai supplémentaire est choquant. «Je suis atterré! En juin, il fallait trois mois de plus et maintenant quatre mois. C’est navrant pour le Grand Conseil et l’image que cela donne. On ne comprend pas l’explication donnée par la CEP. Il est un peu contradictoire que des parlementaires chargés de faire la lumière sur ce drame soient si peu transparents sur les raisons de leur lenteur.» Voilà qui lui donne du grain à moudre. Un seul représentant par parti suffirait à composer une CEP pour gagner en rapidité et en efficacité, prône-t-il à travers un projet de loi.

Ce contretemps surprend aussi Aline Bachofner, membre du collectif «Justice pour Adeline»: «Vu le temps passé par les députés à enquêter, nous espérons qu’ils n’auront rien laissé de côté et que c’est pour cette raison et non des considérations politiques que le rapport est une nouvelle fois différé.» (TDG)

Créé: 29.08.2016, 22h28

Articles en relation

Affaire Adeline M. : pas de rapport de la CEP avant 2017

Genève Les quinze députés enquêteurs rendront leur rapport au plus tard en janvier. Le procès de Fabrice A. est agendé en octobre 2016. Plus...

Le meurtrier d’Adeline M. sera jugé du 3 au 14 octobre

Justice genevoise Fabrice A. comparaîtra durant deux semaines devant le Tribunal criminel de Genève pour assassinat. Plus...

Drame de La Pâquerette: le Tribunal criminel saisi

Le Ministère public a rédigé son acte d’accusation concernant Fabrice A., le meurtrier présumé de la sociothérapeute Adeline M. Plus...

«L’assassinat d’Adeline a été calculé et prémédité»

Drame de La Pâquerette Pour la famille de la victime, Fabrice A. n’aurait rien laissé au hasard. Quant au procureur général, il peut boucler son enquête pénale sauf requête de dernière minute d’une partie Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...