Passer au contenu principal

Trois petits tours à Champel

Sur le plateau, on peut flâner tout doux, loin des turpitudes du chantier du CEVA et des grandes artères.

On y est allé au petit bonheur la chance. Champel aujourd’hui, nous direz-vous, c’est une balafre due au mégachantier du CEVA (future liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse), de longues artères, de grands immeubles et cette image cossue qui colle à la peau du plateau. Mais encore? Champel, c’est aussi des parcs, une myriade de beaux arbres, le chant des oiseaux et une foule de petits passages permettant de flâner agréablement.

Départ depuis la célèbre tour qui domine l’Arve, fausse construction médiévale bâtie à la fin du XIXe siècle, où se lit encore, sur un mur tout proche, l’étonnante inscription «Château Montjoie». Vue plongeante sur la Fontenette. En remontant par le chemin des Crêts-de-Champel, jetez un œil à la fresque consacrant Edouard Tavan, poète genevois (1842-1919), qui orne un pan de mur.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.