Trois mois de suspension pour une clinique genevoise

SantéL’établissement Corela employait des médecins sans autorisation de pratiquer dans le canton, et son responsable modifiait des rapports d’expertise sans l’accord de leur auteur.

Une clinique discrète, MedLex SA, anciennement clinique Corela, est située au 2ème étage de cet immeuble.

Une clinique discrète, MedLex SA, anciennement clinique Corela, est située au 2ème étage de cet immeuble. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Du 1er mars au 31 mai, les portes de la clinique genevoise Corela, aujourd’hui renommée MedLex SA, pourraient rester closes. Le Département genevois de la santé a interdit cet établissement d’exploitation pendant trois mois. Une décision récemment soutenue par le Tribunal fédéral (TF), pour son département d’expertises en tout cas. La Haute Cour indique même qu’il «n’aurait pas été exclu de prendre une mesure plus contraignante» encore. En effet, l’institution employait des médecins sans autorisation de pratiquer dans le canton et son médecin répondant, le Dr X, a modifié des «dizaines de rapports d’expertise» sans l’accord de leur auteur et sans avoir vu les expertisés.

La Tribune de Genève, tout comme la RTS, a reçu lundi l’interdiction de rendre compte de cette décision de justice en raison de mesures superprovisionnelles prononcées par le Tribunal de première instance à la demande des avocats de la clinique. La Tribune de Genève s’est opposée à ces mesures et a obtenu gain de cause vendredi soir (lire notre éditorial).

Vous n’aviez jamais entendu parler de cette petite clinique de Champel? C’est normal, le président de l’association des Cliniques Privées de Genève non plus. Environ 97% de ses activités consistent en des expertises médicales. Elle jugeait d’incapacités de travail sur mandat de l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS) dans le domaine de l’assurance-invalidité, et d’assureurs-accidents ou maladie. Produisant ainsi plus de mille expertises par an. Ni son responsable ni ses avocats n’ont répondu à nos sollicitations.

Selon les investigations du Service du médecin cantonal, vingt-huit experts de cette institution de santé n’étaient pas au bénéfice d’un droit de pratiquer (dix d’entre eux l’ont obtenu par la suite). Le médecin cantonal a infligé en 2012 des amendes d’un montant de 500 francs à douze de ces médecins, ainsi qu’une amende de 5000 francs au Dr X, médecin répondant de l’établissement.

De dépressif léger à moyen

En septembre 2011, le Dr E, spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie, a dénoncé la clinique à la Commission genevoise de surveillance des professions de la santé et des droits des patients. Il l’a informée que certains de ses rapports d’expertises avaient fait l’objet de modifications importantes sans son accord, par des médecins non-psychiatres et non autorisés à pratiquer dans le canton. Il avait dès lors refusé de les signer. Son supérieur, le Dr B, les a lui-même signés sans avoir vu ces expertisés.

Premier exemple: un diagnostic formel de dépendance à l’alcool a été atténué. La phrase «La CDT (ndlr: un marqueur de l’alcoolisme chronique) à 3,1% démontre que l’explorée abuse d’alcool (…)» a été biffée, et remplacée par «La forte probabilité de prise compulsive d’éthyle conduit l’investigateur à mentionner l’exigibilité d’une abstinence à l’éthanol». Dans le même rapport, la phrase «Un monitoring n’est pas nécessaire» a été remplacée par «Un monitoring est exigible, au rythme d’une fois par mois». Dans un autre rapport, un «épisode dépressif léger» était, selon la correction manuscrite, devenu un «épisode dépressif moyen». Et dans un autre encore, une phrase a été ajoutée, indiquant «une dépendance au cannabis», ce que le Dr E, seul à avoir vu l’expertisé, conteste formellement.

Les conclusions de la commission sont claires: Corela déléguait certains de ses mandats «sans considération – à tout le moins jusqu’en 2012 – de la question de savoir si le sous-mandataire bénéficiait ou non d’un droit de pratique».

Experts à Madagascar

La clinique transmettait ensuite les rapports d’expertise «pour relecture et modifications, à des personnes non identifiées qui, dans la majorité des cas et jusqu’en 2012, ne disposaient pas de ce droit, certaines vivant et exerçant leur activité professionnelle à Madagascar; les modifications opérées sur les projets de rapports ne se cantonnaient pas toujours à de simples questions formelles et pouvaient être substantielles, et étaient effectuées par un scripteur qui n’avait pas vu l’expertisé».

Des données sur Gmail

En outre, la commission estimait «ahurissant que les communications électroniques (…) qui contenaient notamment le nom de l’expertisé, se faisaient par le biais de boîtes non sécurisées, telles que Gmail.» Des circonstances «hautement problématiques s’agissant de données sensibles», sans qu’il s’agisse pour autant d’une violation du secret médical ou de la protection des données.

En juin 2015, le Département de la santé retire donc à la clinique l’autorisation d’exploiter pendant trois mois. La clinique fait recours, se plaignant d’un «arrière-fond politique». Elle fait référence à une motion déposée par Mauro Poggia, le conseiller d’État en charge de la Santé, lorsqu’il était encore député, sur la création d’un bureau cantonal d’expertises médicales (lire son interview).

La Chambre administrative relève que la «crédibilité du médecin répondant et de la clinique est fortement diminuée par la grande confusion et les importantes divergences dans leurs explications». Elle conclut que les manquements sont graves, qu’ils ont été commis au détriment de la valeur des expertises et «potentiellement au détriment d’assurés expertisés». La restriction de la liberté économique de la clinique repose ainsi sur un intérêt public. La Cour de justice fait également état du «manque de collaboration de la clinique – qui n’a fourni aucun rapport d’expertise dans ses versions initiales et finales (…) – enfin de la négation par la clinique de tous manquements de sa part.»

Saisi d’un ultime recours, le TF exclut la violation du droit d’être entendu, et l’arbitraire dans l’établissement des faits. La clinique n’obtient que très partiellement gain de cause devant la Haute Cour: celle-ci renvoie l’affaire à la Cour cantonale seulement pour ce qui concerne l’exploitation de son département soins ambulatoires, qui ne représente que 3 à 4% de son activité.

L’OFAS a suspendu la collaboration avec ce centre depuis 2015, et son équivalent cantonal depuis environ 2008 déjà. L’assurance Helsana assure ne plus collaborer avec cette institution depuis 2012 et ne compte pas le faire à l’avenir. «La qualité des prestations fournies n’étant pas à la hauteur de nos standards», se contente d’indiquer Stefan Heini, porte-parole.

Des précédents

Le nom de la clinique apparaît dans 193 cas dans la jurisprudence de la Chambre des assurances sociales. Cette clinique avait déjà fait parler d’elle, plusieurs médias, notamment l'hebdomadaire satirique Vigousse qui suit l'affaire depuis longtemps, laissent entendre qu’elle produisait des rapports de complaisance. En effet, selon ces articles, des rapports de la clinique contredisaient parfois de nombreux autres experts, dans le sens des assureurs.

Le médecin répondant de la clinique, le Dr X, a été exclu de l’Association des médecins genevois en 2006 et avait déjà reçu un avertissement du Département de la santé genevois en 2008 pour «manque de soin et de rigueur dans l’établissement de ses expertises» et l’utilisation de «termes inutilement blessants à l’égard des personnes examinées». En 2004, plusieurs articles de presse lui sont consacrés en raison de sa méthode d’expertise polémique, qui bannit les critères de la psychanalyse car «ils peuvent influencer la justice à la clémence». Dans une interview donnée à 24 heures, il affirmait être un psychiatre «moins profitable aux criminels».

(TDG)

Créé: 24.02.2018, 00h00

Les assurés invités à défendre leurs droits

Les «graves manquements» de MedLex en relation avec certaines expertises sont dénoncés dans un communiqué de presse de l’Association pour la permanence de défense des patients et des assurés, des Juristes progressistes genevois et vaudois, de Pro Mente Sana et de plusieurs avocats. Ils «peuvent conduire les tribunaux à refuser à des assurés les prestations auxquelles ils auraient eu droit (rentes, indemnités journalières, prise en charge de traitements médicaux, etc.)»
Selon eux, ces agissements «répréhensibles peuvent éventuellement conduire à un motif de révision de décisions de refus aujourd’hui passées en force, dans la mesure où celles-ci auraient été fondées sur les dizaines d’expertises illégalement modifiées». C’est pourquoi les signataires «recommandent aux assurés concernés d’approcher leur conseil juridique à cet effet». S.S.

L'essentiel

Externalisation
Certains rapports d’expertise étaient modifiés par des correcteurs malgaches.

Dénonciation pénale
Mauro Poggia a rendu le procureur général attentif à un possible faux et usage de faux.

Patients
Les assurés victimes d’une expertise litigieuse pourraient
espérer une révision.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...