Passer au contenu principal

Traquer le plastique dans les montagnes

Une association savoyarde soupçonne la présence de polluants en altitude.

Le dispositif qui sert a recueillir les microplastiques imaginé par les chercheurs du projets Plastilac.
Le dispositif qui sert a recueillir les microplastiques imaginé par les chercheurs du projets Plastilac.
Marc Lamboley

On penserait naïvement qu’il existe des limites à la pollution par l’être humain. Les recherches menées par l’association Aqualti pourraient démontrer le contraire. Le projet Plastilac a pour but d’évaluer la quantité de matière plastique dans les lacs à haute altitude (à plus de 1800 mètres) en Haute-Savoie: «80% de la pollution des océans vient des continents, explique Frédéric Gillet, président de l’association Aqualti. Quinze tonnes de plastique sont rejetées par minute dans les eaux. Pourtant, nous n’en avons pas conscience.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.