Des trams contiennent un joint en amiante

TransportsLes analyses n’ont pas révélé de toxicité dans l’air. Les véhicules concernés, datant des années 80, seront tous assainis.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des trams en circulation sur le réseau genevois contiennent une petite pièce en amiante. Les Transports publics genevois (TPG) ont communiqué cette information hier. Les analyses d’une entreprise spécialisée n’ont toutefois pas détecté la présence de fibres amiantées dans l’air, excluant tout danger pour les passagers et les conducteurs des trams concernés. Les 46 véhicules en question vont tous être assainis d’ici à fin mars 2016.

La pièce incriminée – un joint présent dans le système de chauffage des cabines de conduite et dans une gaine attenante – a été découverte il y a une semaine. «Cette pièce en amiante a été trouvée dans des véhicules de la même génération à Zurich, ce qui nous a laissé penser qu’il pouvait aussi y en avoir dans nos trams», explique la porte-parole des TPG, Isabel Pereira. Les TPG ont alors cherché, et ils ont trouvé.

Ces véhicules de la marque Düwag-Vevey ont été construits au milieu des années 80, avant l’interdiction totale de l’amiante en Suisse, en 1991. L’entreprise Ecoservices S.A., spécialisée dans l’ingénierie en environnement et en sécurité, a procédé à plusieurs contrôles. Cela s’est fait d’abord au dépôt, puis sur le réseau, dans les conditions habituelles d’exploitation, afin de voir ce qu’il se passe lorsque les trams circulent. «Aucune des trois mesures d’air effectuées en conditions normales d’utilisation n’a mis en évidence de fibres dans l’air», précise le rapport d’analyses, cité dans le communiqué de presse des TPG. Le joint et la gaine contenant de l’amiante se trouvent dans un espace confiné, très rarement manipulé. Selon les TPG, il n’y aurait donc pas de danger nécessitant des mesures particulières immédiates.

En effet, le principal risque avec l’amiante réside dans le fait de disperser des particules dans l’air lors de travaux. Ces particules peuvent alors pénétrer dans l’organisme, notamment dans les poumons, où elles se fixent et peuvent rester des décennies avant de provoquer une intoxication ou un cancer. En Suisse, 200 personnes en meurent encore chaque année. Mais tant que l’amiante n’est pas manipulé, il reste inoffensif. «Les usagers TPG ainsi que les chauffeurs ne sont donc pas exposés en conditions normales d’exploitation: aucune mesure particulière n’est à prévoir dans ce cas», conclut le rapport. Les trams concernés peuvent donc continuer à circuler normalement.

Néanmoins, les TPG ont décidé de remplacer sans attendre les pièces en amiante par d’autres répondant aux normes actuelles. L’entreprise Ecodefi S.A., spécialisée dans le désamiantage, effectuera ces travaux. Par ailleurs, l’ensemble du personnel technique va être sensibilisé à la détection de l’amiante et aux précautions à prendre le cas échéant.

Créé: 08.12.2015, 20h19

Articles en relation

Cinquante arrêts TPG changent de nom

Mobilité La Confédération demande à la régie publique de revoir certaines appellations. Les changements seront effectifs dimanche prochain. Plus...

Un vieil horaire des TPG piège les noctambules

Genève L’affiche «Noctambus» de l’arrêt Palladium n’est plus valable depuis décembre 2014. Elle sera remplacée au plus tard le 13 décembre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...