Passer au contenu principal

Le tram de Bernex attend un feu vert imminent

L’extension de la ligne 14 a franchi avec succès son ultime enquête publique. Chantier prévu en 2018.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Paolo Battiston

Le prolongement de la ligne de tram 14 le long du village de Bernex est en bonne voie. Alors que l’extension de la ligne 15 vers Plan-les-Ouates s’est heurtée à une avalanche d’oppositions en février, le projet bernésien n’a pas suscité la moindre remarque, selon l’Office fédéral des transports (OFT).

Il faut dire que l’enquête publique qui s’est achevée le 9 mars sur l’extension du tram 14 ne portait pas sur l’entier du projet, mais sur un aspect annexe et mineur, portant sur un défrichement et sa compensation.

Reste qu’il s’agissait là de l’ultime écueil à franchir pour le projet. «C’était le dernier point de blocage que nous devions surmonter avant que l’OFT puisse nous accorder la décision d’autorisation des plans, confirme Benoît Pavageau, directeur des transports collectifs à l’Etat. Nous espérons la recevoir à la fin du printemps. L’objectif est de lancer le chantier à la fin de 2018 pour une mise en service en décembre 2020.» Mesurant 2,3 km, le tracé prolongé s’inscrira au centre de la route de Chancy. Il impliquera de refaire le terminus provisoire actuel du P+R Bernex, d’ajouter trois nouvelles haltes et de bâtir un nouveau terminus, flanqué d’un autre parking relais, à Vailly. Cette extension devait initialement se faire dans la foulée de l’inauguration de la ligne 14, célébrée en décembre 2011, mais elle a été retardée afin de soulager le budget de l’Etat, mis sous pression par le chantier ferroviaire du CEVA.

«On a fini par l’appeler le tram nommé désir, tant on l’a attendu, commente Cyril Huguenin, maire de Bernex. La situation provisoire qui prévaut depuis des années a été compliquée à gérer.» Le terminus actuel est distant du village, forçant les usagers à se livrer à des transbordements malcommodes.

Si aucun nouveau report ne survient, la mise en service de la ligne prolongée devrait intervenir en parallèle à l’emménagement des 900 habitants du nouveau quartier de Saint-Mathieu, prélude à la poursuite de l’urbanisation de la commune, dans le secteur de Bernex-Est. La route de Chancy, avec son tram central, est vouée à se muer en avenue urbaine reliant le village historique et son extension moderne.

L’artère ne pourra alors plus supporter les charges de trafic actuelles qui devront être en partie déviées vers une nouvelle route: le boulevard des Abarois permettra à la circulation approchant de Bernex depuis la campagne de gagner l’autoroute de contournement. «L’idéal aurait été de le bâtir avant les travaux du tram, poursuit le maire. Nous espérons maintenant au moins que les chantiers démarreront en même temps.» L’Etat va de l’avant sur ce projet routier qu’il compte entamer en 2020. Il lancera en avril un appel d’offres pour choisir un groupe pluridisciplinaire chargé de mener les études à son sujet.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.