Passer au contenu principal

On traite la cystite comme dans les années 50

L’Université de Genève met en garde contre des mauvaises prescriptions d’antibiotiques.

Les médecins prescrivent à nouveau des antibiotiques des années 50 contre des infections bénignes, comme la cystite. Photo d'illustration
Les médecins prescrivent à nouveau des antibiotiques des années 50 contre des infections bénignes, comme la cystite. Photo d'illustration
Steeve Iuncker Gomez

La démarche part d’une intention louable: la lutte contre la résistance aux antibiotiques et la préservation de l’efficacité des nouvelles molécules. À cette fin, les médecins prescrivent à nouveau des antibiotiques des années 50 contre des infections bénignes, comme la cystite. Mais il y a un problème: ces anciennes molécules n’ont pas été évaluées avec les critères que l’on emploie aujourd’hui, révèle l’Université de Genève dans un communiqué.

Selon Angela Huttner, chercheuse à la Faculté de médecine et par ailleurs cheffe de service au Service des maladies infectieuses des HUG, 20% de la population bactérienne est résistante à la ciprofloxacine, un nouvel antibiotique très efficace. Il est donc capital de le réserver aux infections graves.

Depuis 2011, les médecins sont donc incités à soigner des infections urinaires simples avec un médicament à base de nitrofurantoïne datant de 1953 ou à l’aide d’un médicament de 1971 à base de fosfomycine. «L’usage de ces médicaments a été multiplié par cinq sans que l’on ne connaisse leur taux d’efficacité ni leurs effets secondaires», s’étonne Angela Huttner. Un travail qui est réalisé par les chercheurs aujourd’hui, car l’industrie ne s’y intéresse guère.

En cas de cystite, le médicament le plus prescrit est la fosfomycine – en dose unique. La nitrofurantoïne, elle, se présente sous forme de comprimés à prendre trois fois par jour pendant cinq jours. L’étude genevoise, financée par la Commission européenne, et portant sur 513 femmes de 18 à 101 ans vivant à Genève, Tel-Aviv et Lódz (Pologne), a établi que la fosfomycine avait beaucoup moins d’effet que la nitrofurantoïne. Cette dernière est en revanche aussi efficace que la ciprofloxacine. C’est donc ce médicament qu’il faudrait choisir.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.