Passer au contenu principal

On a testé le Vélib’ privé tout juste implanté à Genève

Le vélo en libre-service de la société biennoise est arrivé. Emplacements, prix et qualité des vélos: notre verdict.

A l’avenir, le téléphone suffira aux abonnés pour débloquer le vélo en libre-service. Une technologie indisponible sur iPhone.
A l’avenir, le téléphone suffira aux abonnés pour débloquer le vélo en libre-service. Une technologie indisponible sur iPhone.
Olivier Vogelsang

Pour le Genevois, le vélo en libre-service est encore un concept abstrait. Pourtant, il se souvient des annonces de lancement en 2012, sous l’ère Michèle Künzler, ancienne conseillère d’Etat en charge de la Mobilité. Il a suivi les bagarres politiques, les recours en justice et les blocages actuels. En parallèle, il a entendu les annonces d’un acteur privé, Intermobility, prêt à investir les rues genevoises avec son velospot. Désormais, ses vélos rouges sont là. Clairsemés, certes, mais bien présents. Alors, que vaut ce système de vélo en libre-service?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.