Quand le terroir fait du porte-à-porte

La solutionGrâce à des sites comme Magic Tomato, Espace Terroir ou Karibou, qui livrent à domicile, on peut acheter les produits régionaux sans sortir de chez soi.

Paul Charmillot et Adrien Geyer, respectivement fondateur et directeur de Magic Tomato, avec la mascotte de leur entreprise.

Paul Charmillot et Adrien Geyer, respectivement fondateur et directeur de Magic Tomato, avec la mascotte de leur entreprise. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y a plus d’excuses pour ne pas manger des aliments locaux. Aujourd’hui, si on ne peut pas aller à eux, ce sont eux qui viennent à nous, grâce à Internet. Sans bouger de chez soi, il est possible de faire le tour des maraîchers et artisans de la région en quelques clics, puis de se faire livrer ses commissions à la maison. Il y a le choix entre les denrées vendues à la carte ou les paniers tout faits. À Genève, plusieurs sites proposent au porte-à-porte fruits et légumes, viande, pain, fromages, vin, pâtes, céréales, confitures et autres produits du terroir. Certains vendent aussi des articles de ménage ou de toilette.

Avec sa mascotte à la cape de super-héros, l’équipe de Magic Tomato s’est donnée pour mission de sauver les Genevois de la malbouffe. «Nous voulons permettre aux ménages actifs, qui manquent de temps, de faire leurs courses hors de l’industrie agroalimentaire pour manger sainement», explique le fondateur de la boîte, Paul Charmillot. Venu de la finance, il s’est lancé en 2016, assurant tout seul et quotidiennement la navette entre les producteurs locaux et les consommateurs. Le succès a été tel qu’aujourd’hui, il a une équipe de cinq personnes avec lui.

Livraison dans la journée

On fait son choix en ligne, parmi des centaines de produits, et Magic Tomato va les chercher chez la quarantaine de producteurs et artisans partenaires. Les denrées arrivent en vrac ou dans des sachets en papier kraft, le tout mis dans un cabas en toile de jute réutilisable, pour éviter les emballages en plastique jetables. Toute commande passée avant midi est livrée en fin de journée.

Bien que Magic Tomato soit le seul site du genre à assurer des livraisons quotidiennes, il n’est pas le premier à proposer des produits locaux en ligne. Espace Terroir le fait depuis dix ans déjà. Le cœur de son activité, ce sont les paniers de primeurs de la région (exclusivement bio depuis l’an dernier), fournis avec des recettes pour les cuisiner. Mais on peut aussi choisir à la carte dans l’assortiment comprenant également des articles d’épicerie. La livraison se fait une fois par semaine. Espace Terroir travaille avec une cinquantaine de fournisseurs, qui sont en partie les mêmes que ceux de Magic Tomato. «Nous ne demandons pas l’exclusivité», confirme son fondateur, Guillaume Lambert.

Les producteurs et artisans locaux peuvent aussi passer par Karibou pour atteindre les consommateurs. À la différence des deux autres, ce site fonctionne plus comme une plateforme. «Les commandes arrivent directement chez les fournisseurs, qui fixent eux-mêmes les prix et nous rétrocèdent une part de la vente, explique Delphine Cluzel, fondatrice de Karibou avec Olivier Evalet. Nous nous chargeons de collecter les produits et de livrer les clients deux jours par semaine.» L’assortiment est peu ou prou le même que chez ses concurrents.

On trouve aussi sur ces sites quelques produits plus exotiques, comme du poisson de mer, de l’huile d’olive ou du café. Mais ils proviennent du commerce équitable ou d’artisans et importateurs locaux garants de la traçabilité.

Estimant que ces épiceries de proximité en ligne répondent à un besoin, la députée suppléante PDC Christina Meissner a déposé en janvier une motion demandant à l’État de soutenir ces initiatives, qu’elles émanent d’associations ou de privés. (TDG)

Créé: 18.04.2019, 11h46

Le problème

Paradoxalement, il est parfois plus facile d’acheter des aliments venus de l’autre bout du monde que ceux produits à côté de chez soi. Les épiceries spécialisées en denrées locales sont rares et tout le monde n’a pas le temps d’aller y faire ses courses, ni, a fortiori, dans les fermes faisant de la vente directe. A.G

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.