Quand une terrasse de café rend les voisins fous

BruitSitué côté cour, cet espace appartient au restaurant The Hamburger Foundation, à Plainpalais. Certains habitants contestent sa légalité. La justice tranchera.

Des habitants de la rue Leschot, à Plainpalais, souffrent des nuisances provenant d’une terrasse, située côté cour, appartenant à l’un des restaurants genevois The Hamburger Foundation.

Des habitants de la rue Leschot, à Plainpalais, souffrent des nuisances provenant d’une terrasse, située côté cour, appartenant à l’un des restaurants genevois The Hamburger Foundation. Image: MAURANE DI MATTEO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On n’en peut plus; on multiplie les plaintes depuis deux ans, on a récolté quantité de signatures dans une pétition et rien ne bouge! Que faut-il faire de plus pour en finir avec ce bruit qui nous rend fous?» Des habitants de la rue Leschot, à Plainpalais, nous ont reçus dans un appartement surplombant l’objet de leur courroux: une terrasse située côté cour et appartenant à l’un des restaurants genevois The Hamburger Foundation (THF), bien trop bruyante à leurs yeux. Les plaignants dénoncent, en outre, son «illégalité». Récit.

«Avant, nous souffrions des nuisances dues aux 7000 bagnoles qui passaient chaque jour sous nos fenêtres, indique Géraldine*. On s’est battu pendant des années pour limiter le trafic dans notre artère, au profit des piétons. Résultat: on a écopé de cinq restaurants et d’un bar à cocktails, ce dernier restant ouvert jusqu’à 2 heures du matin les jeudis, vendredis et samedis.» C’est très sympa en tant que tel, notent les voisins, mais «cette zone piétonne ne doit pas pour autant se transformer en débit de boissons, avec le bruit qui s’ensuit».

Autorisée par la Ville

Ce cadre général accroît leur irritation à l’encontre de THF: «Cet établissement bénéficie déjà de tables dans la rue. Ne pourrait-on pas nous épargner côté cour?» demande Joël*, un autre voisin.

Que répond-on du côté de la Ville? «Comme beaucoup d’autres cafés situés en ville de Genève, THF est au bénéficie depuis 2017 d’une autorisation d’exploiter du Service de l’espace public (SEP) pour utiliser une terrasse à l’année, avec notamment un espace situé dans une cour intérieure, informe Cédric Waelti, porte-parole du Département de l’environnement urbain et de la sécurité (DEUS). À l’époque, le SEP avait conditionné cette autorisation à la mise en place de mesures par l’exploitant (dont des toiles et des stores) pour limiter au maximum les sons et les éclats de voix des clients dans cette cour intérieure.»

Des horaires d’exploitation plus stricts que pour les autres lieux de ce type ont été imposés – soit de 11 h 30 à 22 h du lundi au dimanche – précise le cadre municipal. Avant d’ajouter que les terrasses des cafés du centre-ville peuvent être autorisées jusqu’à 2 h du matin.

Pas par le Canton

«THF exploite cette terrasse sans autorisation du Canton», ripostent les plaignants, qui se sont plaints de nuisances sonores auprès du Sabra (Service cantonal du bruit). Ce dernier s’est saisi du dossier et l’Office cantonal des constructions a estimé que cette terrasse donnant dans une cour intérieure devait faire l’objet, outre l’autorisation d’exploiter, d’une autorisation de construire. Or, après examen, et un préavis négatif du Sabra, celle-ci a été refusée par l’Office cantonal des constructions.

Le Département du territoire a effectivement pris à la fin de 2018 deux décisions, informe sa porte-parole, Pauline de Salis: «La première refuse l’autorisation de construire portant sur l’aménagement d’une terrasse, l’installation d’une clôture et la démolition d’un abri, et la seconde prononce une amende administrative et un ordre de remise en état de la cour de l’immeuble.» Mais THF a fait recours et ces deux procédures sont actuellement pendantes devant le Tribunal administratif de première instance (TAPI).

Ces recours ayant un effet suspensif, les propriétaires de THF continuent à exploiter la cour (lire ci-dessous). Et ils en ont le droit. «Les deux décisions querellées ne sont ni définitives ni entrées en force, souligne Pauline de Salis. L’effet suspensif lié aux deux recours a ainsi comme répercussion de figer la situation en l’état, dans l’attente que les jugements du TAPI confirment ou infirment les deux décisions du département.»

«La Ville appliquera évidemment sans réserve la décision cantonale, une fois que celle-ci sera définitive, promet Cédric Waelti. Le SEP a convenu logiquement avec le Sabra et l’Office cantonal des constructions d’attendre la fin de la procédure avant de retirer l’autorisation d’exploiter la terrasse. Dans l’intervalle, le SEP va organiser une réunion avec les habitants et l’exploitant, afin de voir quelles mesures immédiates pourraient être prises pour diminuer le volume sonore.»

Un jour de répit réclamé

«La question de l’effet suspensif a été discutée avec la Ville, qui nous a indiqué ne pas avoir reçu de doléances en 2019, précise encore Pauline de Salis. Toujours selon la Ville, la police municipale n’a pas non plus constaté de débordement ou d’excès de bruit.»

Joël n’en revient pas. Il dénonce «la mauvaise foi de la Municipalité. Une récente réunion avec des agents municipaux n’a, à nouveau, rien donné! Appelé sur place, le Service cantonal du bruit a pourtant constaté un énorme écho.» Désemparés, les voisins relèvent enfin que THF a une autorisation d’exploitation 365 jours par an. «Ne pourrait-on pas jouir d’un jour de répit hebdomadaire? demande Géraldine. Nous savons qu’il y a pire ailleurs, comme aux rues Blanvalet et de l’École-de-Médecine. Mais cela ne nous empêche pas d’être à bout.»

* Prénom d’emprunt

Créé: 13.09.2019, 07h15

«Nous sommes très dépendants des terrasses en été»

L’adresse est prisée: les hamburgers sont appréciés et la terrasse, cour intérieure, offre un atout supplémentaire à cet endroit sympathique. «Les affaires marchent bien, reconnaît Marc Gouzer, cofondateur et cogérant de The Hamburger Foundation. Mais nous sommes très dépendants des terrasses en été. Si on en est privé, on peut fermer boutique.» La Ville de Genève a donné son feu vert à cette précieuse prestation à la rue Leschot (Plainpalais). Mais «à la suite des plaintes de voisinage, le Canton nous a demandé de faire une APA (demande d’autorisation par procédure accélérée) pour l’installation de la terrasse», note Marc Gouzer, qui ne veut pas commenter la procédure en cours: «Je tiens simplement à dire que nous sommes en règle, l’effet suspensif nous autorise à exploiter ce lieu.» Devenue une véritable entreprise, The Hamburger Foundation a ouvert son premier food truck en 2012 et en compte un deuxième aujourd’hui. Trois restaurants, dont celui de la rue Leschot, mais également un aux Pâquis et un autre aux Eaux-Vives, complètent la palette.

C’est assurément l’établissement de Plainpalais qui a entraîné le plus de difficultés avec le voisinage. «C’est le seul endroit où nous disposons d’une cour intérieure, relève Marc Gouzer. La Ville nous a octroyé une autorisation jusqu’à 22 heures, mais nous fermons la terrasse à 21 h 45 de façon préventive.» Pour le reste, «la dernière commande est prise à 22 h 30 en semaine et à 23 heures le week-end, poursuit-il. Les gens ne traînent pas chez nous.»

Face au désir de certains voisins d’obtenir une journée de répit, The Hamburger Foundation répond qu’il lui est malheureusement impossible de restreindre ses horaires: «Tous les restaurants peuvent ouvrir 7 jours sur 7. Nous sommes bien conscients que le bruit peut déranger et avons organisé des séances d’information à l’intention du voisinage; des habitants sont d’ailleurs contents qu’on soit là!» Et Marc Gouzer d’ajouter: «Nous ne sommes pas les rues de la soif de l’École-de-Médecine ou de Blanvalet, et on essaie d’être proactifs pour limiter les nuisances. Nous avons ainsi installé des panneaux pour demander aux clients de rendre la terrasse la plus calme possible.» Une étude de bruit a, en outre, été requise chez un expert acoustique. Résultat? «En décibels, notre terrasse est moins bruyante que les oiseaux, affirme Marc Gouzer. Elle est aussi non-fumeurs, pour restreindre
les odeurs.» L.B.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...