Passer au contenu principal

Le terrain de la discorde s’invite dans la campagne électorale

Le destin de ce terrain controversé n’est toujours pas scellé. L’Exécutif chênois veut y empêcher toute construction.

L’affectation de l’ex-parcelle Grosjean apparaît très incertaine et suscite à nouveau bien des débats.
L’affectation de l’ex-parcelle Grosjean apparaît très incertaine et suscite à nouveau bien des débats.
Enrico Gastaldello

À l’approche des élections municipales, la désormais ex-parcelle Grosjean refait parler d’elle à Chêne-Bougeries. Début décembre, l’Exécutif de la commune a écrit au conseiller d’État en charge du Territoire, Antonio Hodgers, pour lui demander de déclasser ces 2,8hectares d’anciennes terres maraîchères en zone de verdure. Autrement dit, il serait alors impossible à la société immobilière Westpark, qui a racheté le terrain fin 2018 pour plus de 14millions de francs, d’y construire quoi que ce soit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.