Des tensions internes coûtent deux sièges au PLR

GenèveLes candidats libéraux-radicaux ont perdu les élections complémentaires aux exécutifs d’Anières et Bellevue, fiefs historiques de la droite.

 «Dans tous les partis il y a des tensions avant les élections» Bertrand Reich, président cantonal du PLR.

«Dans tous les partis il y a des tensions avant les élections» Bertrand Reich, président cantonal du PLR. Image: Maurane Di Matteo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce sont des fiefs PLR. Et pourtant. Dimanche, les communes d’Anières et de Bellevue ont élu deux femmes positionnées à gauche lors des élections complémentaires de leurs Exécutifs. Leurs concurrents libéraux-radicaux ont, eux, obtenu moins de la moitié des voix. Ces échecs s’expliqueraient en partie par des dissensions internes au sein du PLR.

Tant Claudine Hentsch, à Anières, qu’Anne-Catherine Hurny Cabezas, à Bellevue, ne s’attendaient pas à de tels scores. «C’était une énorme surprise pour mon groupe et moi», s’exclame la première, au lendemain de sa victoire. Les deux femmes expliquent leur succès par leur engagement de longue date pour leurs communes respectives. «Les habitants s’en sont rendu compte», confie Claudine Hentsch.

D’autres facteurs semblent les avoir également avantagées. Les sections PLR aniéroise et belleviste sont agitées depuis plusieurs mois par des tensions internes. Sur la Rive droite, le candidat libéral-radical, Frédéric Luyet, ne faisait pas l’unanimité au sein de sa formation. De nombreux habitants le tenaient responsable de l’éviction du conseiller administratif Jean-Daniel Viret (PLR) à la course à l’Exécutif en 2020, lors de l’assemblée générale de la section en mai. À la suite de ce revers, ce dernier avait décidé de claquer la porte de la Mairie et du parti. Lors de la campagne, il a d’ailleurs ouvertement soutenu la candidate de l’Alternative, Anne-Catherine Hurny.

Si à Bellevue, les conflits ont le mérite d’être assumés, ce n’est pas le cas à Anières. Le président du PLR Arve et Lac et chef de groupe d’Anières, Pierre Lingjaerde, a refusé de répondre à nos questions et de nous transmettre les coordonnées du candidat malheureux. Bertrand Reich confirme néanmoins l’existence de dissensions au sein de la formation.

L’état des sections belleviste et aniéroise est-il isolé? Révèle-t-il au contraire une problématique plus générale au sein de la base du PLR? Le président du parti cantonal, Bertrand Reich, ne veut pas tirer de conclusions générales: «Dans tous les partis il y a des tensions avant les élections.» Il attribue le vote de dimanche à Bellevue à des conflits personnels, mais aussi à vingt ans de campagne continue de l’opposition, et ne voit pas dans ce double échec un «rejet plus général du PLR». Il souligne néanmoins qu’«un travail de reconquête devra être accompli» avant les élections municipales 2020.

Créé: 16.09.2019, 18h27

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...